L’astronaute canadien David Saint-Jacques se prépare pour le grand jour, lundi

La Presse CanadienneCinéma & Showbizz

L’astronaute canadien David Saint-Jacques se prépare à vivre des moments de tension lors de son décollage, lundi, à bord de la fusée Soyouz qui le mènera jusqu’à la Station spatiale internationale.

Le 11 octobre, une défaillance a provoqué l’atterrissage d’urgence d’une capsule Soyouz transportant deux astronautes, qui s’en sont tirés sains et saufs. La Russie a alors suspendu tous les lancements spatiaux habités le temps d’enquêter sur cet accident, avant de donner son feu vert le 1er novembre.

David Saint-Jacques s’est adressé aux journalistes jeudi alors qu’il se trouvait dans l’aire de lancement au Kazakhstan, où il est en quarantaine en prévision de son départ.

Il a souligné que la partie la plus dangereuse de sa mission de six mois sera la phase de lancement de la fusée Soyouz, qui durera dix minutes, et les six heures qui suivront avant l’amarrage à la Station spatiale. Il a précisé que la moitié de son entraînement de deux ans et demi avait été consacrée à son rôle de copilote de la fusée.

Le Québécois de 48 ans a affirmé qu’une fois rendu à la Station spatiale, il pourrait se concentrer sur le travail et la vie dans l’espace.

Le décollage de David Saint-Jacques avec ses collègues, l’Américaine Anne McClain et le Russe Oleg Kononenkoof, devait initialement avoir lieu le 20 décembre. Il a toutefois été devancé lorsque les autorités russes ont conclu leur enquête.

Les enquêteurs ont découvert qu’un capteur à bord de la fusée n’avait pas réussi à signaler correctement la séparation du premier et du deuxième étage de l’engin spatial.