Une juge qui a ordonné un jugement par défaut contre R. Kelly après que le chanteur eut omis de répondre à une poursuite intentée par l’une de ses présumées victimes a finalement déterminé que l’affaire pouvait aller de l’avant.

Selon le « Chicago Sun-Times », la juge Moira Johnson, du comté de Cook, a relancé le procès mercredi, après que les avocats de R. Kelly ont déclaré que le chanteur n’y avait jamais répondu car il est analphabète et n’a pas pu pas lire les documents qu’il a reçus.

Le procès a été intenté par une femme identifiée sous les initiales « H.W. », l’une des quatre femmes que R. Kelly est accusé d’avoir agressées sexuellement dans une affaire pénale. Elle affirme avoir commencé à avoir des relations sexuelles avec R. Kelly en 1998, à l’âge de 16 ans.

R. Kelly doit comparaître à nouveau mercredi, cette fois dans une affaire de pension alimentaire.