Britney Spears n’est plus sous tutelle, la chanteuse pop est libre

Britney Spears est libre. Vendredi, une juge de Los Angeles a mis fin à la mise sous tutelle qui contrôlait la vie et l’argent de la chanteuse pop depuis près de 14 ans.

Cette décision est l’aboutissement d’une odyssée étonnante qui a vu Britney Spears demander publiquement la fin de la mise sous tutelle, d’engager son propre avocat, de faire écarter son père du pouvoir et d’enfin gagner la liberté de prendre ses propres décisions médicales, financières et personnelles pour la première fois depuis 2008. « À compter d’aujourd’hui, la mise sous tutelle de la personne et des biens de Britney Jean Spears prend fin », a déclaré la juge Brenda Penny. La jubilation a éclaté à l’extérieur du palais de justice, les fans applaudissant et criant après l’annonce de la décision. La foule a scandé « Britney ! Britney ! Britney ! » et les fans ont chanté et dansé sur la chanson de la chanteuse, « Stronger ». Britney Spears a rapidement réagi au verdict sur Twitter: « Bon Dieu, j’aime tellement mes fans que c’en est fou ! !! Je pense que je vais pleurer le reste de la journée !!!!. Le meilleur jour de ma vie … loué soit le Seigneur … puis-je avoir un Amen ??? »

L’avocat de Mme Spears, Mathew Rosengart, a déclaré aux admirateurs et aux journalistes que cette affaire « a permis de faire la lumière sur les tutelles d’un océan à l’autre, de la Californie à New York. Et cela a demandé énormément de perspicacité, de courage et de grâce ». La décision de la juge était largement attendue, avec peu de soutien pour prolonger l’arrangement juridique. Aucun nouvel argument n’a été présenté lors de l’audience de 30 minutes. La chanteuse pop n’y a pas assisté. Au printemps dernier, il semblait que la mise sous tutelle allait se poursuivre pendant des années. Son aboutissement s’est toutefois développé à une vitesse surprenante. La clé du dénouement a été un discours prononcé par Britney Spears lors d’une audience en juin, dans lequel elle a décrit avec passion les restrictions et la surveillance « abusives » à son égard. Elle a dit « Je veux juste retrouver ma vie », une phrase que son avocat a répétée au tribunal vendredi. Mme Spears a exigé que la mise sous tutelle prenne fin sans qu’aucune évaluation de son état mental ne soit effectuée.

Les experts juridiques de l’époque ont mentionné qu’il était peu probable que cela se produise, et que cela représenterait une dérogation à la pratique judiciaire courante. La juge a déclaré lors de l’audience de mercredi que la loi californienne ne l’obligeait pas à ordonner une évaluation supplémentaire de Mme Spears si personne ne le demandait. La juge a autorisé Mme Spears à engager en juillet Mathew Rosengart, un avocat de son choix, qui s’est d’abord fixé pour objectif de faire retirer à James Spears son rôle de responsable des finances avant de se mettre au travail pour mettre un terme à la tutelle. La juge a suspendu James Spears lors d’une audience en septembre, citant l’« environnement toxique » créé par sa présence. Mais d’autres batailles devant les tribunaux pourraient se présenter. Mathew Rosengart a promis de poursuivre une enquête sur le rôle de James Spears dans la mise sous tutelle de la chanteuse. Il a suggéré que lui et son équipe avaient constaté une mauvaise gestion des finances de Britney Spears, ce qui laisse entendre qu’elle pourrait engager de nouvelles poursuites judiciaires. Les dossiers du tribunal estiment sa valeur nette à environ 60 millions de dollars.

M. Rosengart a également mentionné que les forces de l’ordre devraient enquêter sur les révélations d’un documentaire du New York Times concernant un appareil d’écoute placé dans la chambre de sa cliente. Les avocats de James Spears ont précisé que les allégations de M. Rosengart allaient de non fondées à impossibles, et que M. Spears n’avait agi que dans l’intérêt supérieur de sa fille. Le combat post-tutellea en quelque sorte déjà commencé. James Spears s’est séparé des avocats qui l’ont aidé à obtenir la tutelle de sa fille, et il a engagé Alex Weingarten, un avocat spécialisé dans le type de litige qui pourrait survenir. Dans les documents déposés au tribunal la semaine dernière, les anciens directeurs commerciaux de Britney Spears, Tri Star Sports et Entertainment Group, auraient repoussé les demandes de Mathew Rosengart concernant les documents relatifs à l’implication de la société dans la mise sous tutelle de 2008 à 2018. Le groupe a également nié tout rôle ou toute connaissance d’une quelconque surveillance de la chanteuse. Jodi Montgomery, la tutrice assermentée par le tribunal qui a supervisé la vie et les décisions médicales de la chanteuse à partir de 2019, a élaboré un plan de soins avec ses thérapeutes et ses médecins pour guider Mme Spears à la fin de la mise sous tutelle et de son avenir.

« Il n’y a aucune raison pour que Mme Spears ne puisse pas mener une vie sûre, heureuse et épanouie après cette mise sous tutelle », a déclaré à l’audience l’avocate de Mme Montgomery, Lauriann Wright. La juge a maintenu temporairement une petite partie de la mise sous tutelle pour permettre au comptable qui a remplacé James Spears de mettre de l’ordre dans les affaires de la chanteuse dans les prochains mois avant de lui redonner le pouvoir de ses affaires. Britney Spears était une jeune maman de 26 ans au sommet de sa carrière lorsque son père a imposé la mise sous tutelle, d’abord à titre temporaire, en février 2008 après qu’une série de problèmes liés à sa santé mentale se soient manifestés en public. La tutelle se termine donc quelques semaines avant le 40e anniversaire de la chanteuse, avec ses fils adolescents et sa carrière en suspens pour une durée indéterminée. Britney Spears est aussi fiancée pour se marier une deuxième fois. Un tournant s’est produit au début de 2019, lorsqu’elle a annulé une résidence de concert prévue à Las Vegas.

Convaincus qu’elle a été placée dans un hôpital psychiatrique contre sa volonté, les fans ont commencé à se rassembler et à demander au tribunal delibérer Britney (#FreeBritney), une marque de soutien employée sur les réseaux sociaux. Ils ont d’abord été considérés comme des théoriciens du complot, mais la chanteuse elle-même leur a donné raison en 2020 dans une série de documents judiciaires indiquant qu’ils avaient raison d’exiger une plus grande transparence et un meilleur examen de sa situation juridique. Ces documents se sont avérés être la première indication de Mme Spears, qui était restée silencieuse sur sa mise sous tutelle pendant des années, qu’elle chercherait à obtenir des changements majeurs.

Crédit photo: Jen from, USA/Flickr.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle