Le cerf-volant; jeu d’enfant me direz-vous. Oui et non! Les enfants du monde entier de même que les adultes qui ont conservé un cœur d’enfant ont été émerveillés depuis la nuit des temps par ces engins silencieux qui flottent dans le ciel.

Il y a quelques années, j’étais à Pékin et j’observais que l’allure plutôt terne, peu souriante de tous ces gens qui sillonnaient cette vaste métropole les jours de semaine prenait une tout autre dimension le dimanche.

La place Tiananmen au cœur de la cité devient alors un lieu d’activité aux mille couleurs. Quatrième plus grande place publique au monde, s’étendant sur près d’un demi-kilomètre carré, elle est bondée de Chinois en ce jour de repos, et ce, même tôt le matin. Ces mêmes visages austères sont alors tout sourire.

Jeunes et moins jeunes s’en donnent à cœur joie à faire grimper leurs cerfs-volants. Au printemps, les vents prédominants de la Mongolie font la joie de tout un peuple. Une nuée de cerfs-volants multicolores survole le cœur même de Beijing.

Son origine, selon les informations recueillies sur la toile, remonte en Chine il y a plus de 3000 ans. La confection traditionnelle repose sur l’utilisation du bambou, de la soie ou du papier. Les cerfs-volants modernes sont souvent construits à partir de toile de matériau à voile (spinnaker). Le papier et le coton sont également utilisés pour leur confection. Le nec plus ultra demeure le cerf-volant en soie. Très coûteux, il faut une certaine assurance dans son art avant de mettre le ciseau dans un produit aussi dispendieux. Ces véritables objets d’art mirobolants sont souvent la fierté du constructeur.

Certains les font voler, d’autres préfèrent les épingler sur un mur en guise de décoration. En bas de gamme, on retrouve le cerf-volant d’un jour. Construit avec le plus modeste des matériaux: le sac à poubelle en plastique. Ce projet, populaire dans certaines écoles, initie les enfants à l’aérodynamisme en plus de populariser une activité intéressante.

L’Asie a toujours été le continent où l’engouement pour cette activité demeure le plus populaire. Certains pays, dont la Chine et plus particulièrement l’Inde, sont très friands de combats de cerfs-volants. Le dernier cerf-volant à demeurer dans le ciel est déclaré vainqueur. Il s’agit par diverses astuces de faire plonger au sol le cerf-volant d’un compétiteur. Certaines lignes reliant le cerf-volant à l’opérateur sont recouvertes de produits abrasifs et coupants dans le but de couper la ligne de son voisin. Les moins expérimentés verront leurs lignes se faire entrecroiser, pour finalement perdre le contrôle de leur engin et se voir éliminer de la compétition.

Plus près de chez nous, les enthousiasmes du cerf-volant feront un tour du côté de Moncton pour assister au Festival international du cerf-volant de Dieppe. Ce festival haut en couleur, reconnu comme un des plus imposants en Amérique du Nord, regroupe des experts en vol de cerfs-volants de renommée internationale. Vous verrez à l’œuvre des experts capables d’acrobaties aériennes impressionnantes au simple moyen d’une corde unique, de deux ou quatre cordes.

Les experts en vol style libre (freestyle), ont un répertoire d’une centaine de manœuvres, et chacune de ces figures acrobatiques porte un nom précis. Une piquée en chute libre à partir 1000 mètres laisse présager un écrasement au sol, et hop, à quelques mètres avant un moment d’apparence fatidique, le cerf-volant exécute un vol à l’horizontale pour ensuite s’élever à nouveau dans les airs.

Parmi une des foires du cerf-volant les plus importantes, on compte celle de Berck sur mer, dans la région de Pas-de-Calais dans le nord de la France. Sans contredit l’événement regroupant experts et amateurs provenant des quatre coins du monde. Un festival de méga envergure, riche en couleurs où l’art et la créativité se côtoient.

Le record d’altitude pour un cerf-volant a été homologué en septembre 2014. L’Australien Robert Moore a réussi l’exploit en faisant grimper son cerf-volant à 16 009 pieds (4,9 km). Certains ont atteint des vitesses à l’horizontale excédant les 200 km/h.

Cet art qui ne cesse de gagner en popularité est une occasion rêvée pour s’amuser au grand air tout en apprenant les rudiments d’un art qui a persisté au cours des siècles!

Un roman très connu: Les Cerfs-Volants de Kaboul (The Kite Runner) est un agréable un avant-goût d’un art qui continue à fasciner l’enfant en chacun de nous… hormis ceux qui sont et resteront pluggés à vie sur le triste téléphone intelligent!