Un événement partisan auquel le premier ministre Justin Trudeau prenait part jeudi soir à Toronto a été perturbé par une manifestante de la Première Nation de Grassy Narrows, dans le nord-ouest de l’Ontario.

La dame qui n’a pas été identifiée a interrompu une séance de questions-réponses à laquelle le premier ministre participait pour lui remettre une lettre expliquant que des gens de sa communauté souffraient encore de l’empoisonnement au mercure, et que certains en perdaient la vie. Elle lui a demandé que le gouvernement libéral respecte sa promesse d’établir sur son territoire un centre de traitement de l’empoisonnement au mercure, en lui rappelant qu’il s’était engagé en ce sens il y a 500 jours. La dame ensuite dit à M. Trudeau qu’il était une personne attentionnée et que c’est la raison pour laquelle elle lui remettait la lettre.

Le premier ministre l’a remerciée et l’a invitée à rester dans l’assistance et il a dit comprendre les difficultés pour la communauté de Grassy Narrows. Il lui a assuré que son gouvernement tentait de régler le dossier avec le gouvernement de l’Ontario et que son ministre des Services aux Autochtones, Seamus O’Regan, avait rencontré le chef de la Première Nation de Grassy Narrows. La population autochtone de Grassy Narrows éprouve des ennuis de santé depuis des décennies en raison des rejets industriels de mercure qui ont été faits dans la rivière English-Wabigoon pendant les années 1960 et 1970.