David Saint-Jacques fait ses bagages: l’astronaute québécois devrait revenir sur Terre dans moins d’une semaine, à l’issue d’une mission de six mois à bord de la Station spatiale internationale.

Au « jour 199 » passé en orbite, M. Saint-Jacques a parlé mercredi aux journalistes pour la dernière fois avant son retour au bercail lundi soir. Il devra alors renouer avec la gravité, mais il a bien hâte de serrer dans ses bras sa femme Véronique et ses trois enfants. D’ici là, il profitera des derniers moments d’une expérience extrêmement chargée et préparera sa rentrée à bord d’une capsule russe Soyouz. « Ce que je fais depuis quelques jours, c’est vraiment d’essayer de tout absorber, si vous voulez, car je sais que le jour où je reviendrai sur Terre, je devrai me pincer », a déclaré l’astronaute. « Je pense que tout cela ressemblera à un rêve: je vais me demander si ça s’est vraiment passé, alors j’essaie d’en graver autant que possible dans ma mémoire. »

Après 200 jours dans l’espace restreint de la station, l’astronaute rêve maintenant aux petits plaisirs de la vie, aux foules et aux éléments. « J’ai hâte de sentir le vent sur mon visage, l’air frais, le soleil _ on en a quand on regarde par la fenêtre, mais on n’a pas de vent ici, ça, ça me manque », dit-il. « Je ne sais pas pourquoi, mais l’autre fois, j’ai vu une photo de feu de camp et ça m’a vraiment touché: j’ai hâte de revoir la lueur du feu au coucher du soleil. Sinon: repas en famille, entre amis, juste me promener dans une ville où il y a beaucoup de gens: ça, j’ai hâte de faire ça (…) Ici, c’est toujours les mêmes visages _ heureusement, c’est des gens qu’on aime. »

Une balade de six heures et demie

La première mission spatiale de David Saint-Jacques, avec l’astronaute de la NASA Anne McClain et le cosmonaute russe Oleg Kononenko, a débuté le 3 décembre, lorsque le trio est arrivé à la Station spatiale internationale. L’astronaute québécois a depuis effectué notamment une sortie dans l’espace de six heures et demie, le 8 avril; il était alors le premier Canadien à « marcher dans l’espace » depuis David Williams en 2007. Puis, en mai, il a utilisé le « Canadarm 2 » de la station pour réceptionner une cargaison emmenée par un vaisseau Dragon de la compagnie SpaceX _ c’était la première fois que l’exploit était exécuté par un Canadien utilisant la technologie conçue par le Canada. M. Saint-Jacques a également effectué de nombreuses expériences scientifiques à bord de la station.

En plus d’établir un nouveau « record de productivité », selon un responsable de l’Agence spatiale canadienne, sa mission aura été la plus longue pour un Canadien à bord de la station spatiale, lorsqu’elle se terminera la semaine prochaine. L’astronaute canadien a publié une vidéo mardi soir où on le voit faire ses bagages. Alors que la majeure partie de ses effets personnels sera éventuellement ramenée sur Terre par un vaisseau cargo Dragon, David Saint-Jacques a indiqué qu’il pouvait emporter à bord de la capsule Soyouz quelques souvenirs dans une petite boîte.

L’astronaute a déclaré qu’il lui faudra un certain temps pour se réadapter à la vie sur Terre, notamment à la pesanteur. « J’ai pratiquement perdu tout sens de gravité, tout sens d’équilibre », a-t-il expliqué. « Quand je reviendrai sur Terre, je devrai réapprendre à marcher. » Il dit d’ailleurs que s’il a hâte de prendre ses enfants sur ses épaules, il lui faudra d’abord « un peu de réhabilitation » pour cet exercice physique. La capsule Soyouz atterrira au Kazakhstan et David Saint-Jacques prendra aussitôt la route pour Houston, au Texas, où il retrouvera sa famille.