Lunenburg, l’une des destinations touristiques les plus prisées de la Nouvelle-Écosse, semble s’être débarrassée d’une vilaine odeur qui aurait poussé les résidents à demeurer souvent à l’intérieur au beau milieu de l’été.

Lee Fougere, ingénieur municipal de Lunenburg, a expliqué qu’un filtre biologique installé l’hiver dernier au coût de plus de 1,1 million $ à la station de traitement des eaux usées s’attaquait maintenant à la mauvaise odeur qui s’était accentuée au cours des derniers étés, plus secs. M. Fougere explique qu’auparavant, les gaz d’échappement de la station étaient rejetés directement dans l’air lorsque les niveaux d’eau baissaient, par temps sec. Avec le nouveau système, les émissions sont poussées sous terre à travers des tuyaux perforés et remontent en traversant des racines d’arbres broyées, où l’odeur est absorbée par un processus appelé « désintégration biologique ».

Le maire adjoint de Lunenburg, John McGee, a déclaré que le biofiltre semble fonctionner et que la Ville envisage désormais de moderniser tout son système d’égouts pour s’occuper aussi de sédiments qui polluent des parties du pittoresque port de cette municipalité classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les tests effectués l’été dernier ont en effet montré des niveaux élevés de contamination aux coliformes fécaux à plusieurs endroits dans le port et à proximité du front de mer.