Des religieuses de partout au Canada se joignent au mouvement de lutte contre les changements climatiques et appellent les autorités politiques du pays à prendre des mesures concrètes.

Dans un communiqué de presse conjoint, publié dimanche matin, 64 congrégations catholiques féminines du Canada demandent aux élus d’agir de manière conséquente avec la déclaration sur l’urgence climatique adoptée en mai par la Chambre des communes. Parmi celles-ci, 43 de ces communautés religieuses proviennent du Québec, dix de l’Ontario, quatre du Nouveau-Brunswick, deux de la Saskatchewan, deux de la Nouvelle-Écosse et une dans chacune des provinces du Manitoba, de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador. À l’approche des élections fédérales de l’automne, les religieuses demandent aux partis politiques « de prendre acte de l’urgence climatique et de mettre en oeuvre une stratégie politique immédiate » vers une transition écologique et durable.

« Prendre soin de toute la création de Dieu est une partie essentielle de notre foi. Les changements radicaux de notre climat, provoqués par la libération des gaz à effet de serre, constituent la plus grande menace pour tous les êtres vivants », peut-on lire dans le communiqué des religieuses qui déplorent que « très peu [soit] fait pour y remédier ». Soeur Aurore Larkin, supérieure de congrégation des Soeurs grises de Montréal, interpelle directement les partis fédéraux à mettre l’ environnement en priorité dans leurs programmes. Selon elle, il n’est plus possible pour personne de nier les preuves scientifiques.

« Ce n’est pas une situation à nier quand on regarde tous les faits scientifiques, toutes les études, la condition des mers et des océans. Il y a plein de preuves qui nous montrent que la planète est en détresse. Il n’est plus question d’attendre », dénonce-t-elle en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne. Dans leur déclaration, les congrégations énumèrent plusieurs gestes qu’elles ont posés chacune de leur côté, dont investir dans les énergies propres et retirer leurs placements dans les énergies fossiles. Elles disent aussi avoir converti certains de leurs immeubles aux énergies renouvelables.

Elles affirment également s’être engagées parmi les « Communautés Bleues » de la coalition Eau Secours!, un organisme dédié à la protection de l’eau. Les religieuses mentionnent aussi planter des arbres, composter et recycler ainsi que soutenir plusieurs mouvements sociaux engagés dans la lutte contre les changements climatiques. Cette sortie publique de 64 congrégations de religieuses canadiennes survient dans le cadre de la « Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création » instaurée par le pape François, chef de l’Église catholique romaine, en août 2015.

Il s’agit d’une initiative des constellations francophone et anglophone du Canada, membres de l’Union internationale des supérieures générales.