Des élus français veulent interdire le Vendredi fou

Des législateurs français veulent interdire le Vendredi fou, ces grandes ventes qui suivent l’Action de grâces américaine et qui se sont transformées en un phénomène mondial.

Un comité législatif a déposé lundi un amendement proposant d’interdire le Vendredi fou _ aussi connu sous le nom Black Friday _ , car il provoque un « gaspillage de ressources » et incite à la « surconsommation ». L’amendement proposé par Delphine Batho, ancienne ministre française de l’ Environnement, sera débattu à l’Assemblée nationale le mois prochain. Le syndicat français du commerce électronique l’a condamné.

Par ailleurs, la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, a critiqué jeudi l’événement commercial sur la radio Europe 1, affirmant qu’il crée « des embouteillages, de la pollution et des émissions de gaz ». Elle a ajouté qu’elle soutiendrait le Vendredi fou s’il aidait les petites entreprises françaises, mais a noté que ce sont principalement les grands détaillants en ligne qui profitent de l’événement.

Des militants français pour le climat prévoient une manifestation « Block Friday », vendredi.

Crédit photo: Pixabay LicenseLibre pour usage commercial, Pas d’attribution requise.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle