Les amateurs de randonnée en forêt et autres activités de plein air sont invités à être prudents et à se méfier de la présence des tiques partout au pays.

La saison des tiques s’étire du printemps à la fin de l’automne, prévient Conservation de la nature Canada. Ces insectes peuvent transmettre diverses infections, dont la maladie de Lyme.

Vice-président régional en Atlantique de Conservation de la nature Canada, John Foley, affirme que la présence des tiques devient de plus en plus commune dans toutes les provinces des maritimes, tout comme dans la plupart des autres provinces du pays, à l’exception de la Saskatchewan. Selon M. Foley, le climat qui se réchauffe a mené plusieurs espèces de tiques à migrer des États-Unis vers le Canada et à s’adapter aux températures plus nordiques.

« De manière générale, le nombre de tiques augmente, observe M. Foley. Il n’y a pas si longtemps, on ne trouvait des tiques du cerf qu’en Nouvelle-Écosse parmi les provinces de l’Atlantique et maintenant elles sont partout, incluant Terre-Neuve. » Les tiques appartiennent aux arachnides, la même famille d’insectes que les scorpions et les araignées. Elles se cachent dans l’ombre, dans les endroits boisés et les hautes herbes.

Les experts suggèrent de bien vérifier sa peau après une sortie dans un secteur boisé afin de repérer les tiques. Ces insectes peuvent entrer sous la peau et se nourrir de son hôte durant cinq à six jours. Pour prévenir d’être mordu par une tique, on peut utiliser des produits répulsifs à base de Deet. On recommande aussi aux randonneurs de s’asseoir sur des pierres plutôt que sur l’herbe. Porter des vêtements longs permet aussi de limiter les morsures et le fait de porter des vêtements de couleurs pâles permet de repérer plus facilement les insectes.

Crédit photo: Pixabay LicenseLibre pour usage commercial, pas d’attribution requise.