Joe Biden rappelle l’amplitude de la crise climatique après le passage de l’ouragan Ida

Le président américain Joe Biden a déclaré mardi que le changement climatique est « une crise qui concerne tout le monde », après une visite des quartiers ravagés par les pluies torrentielles qui ont suivi l’ouragan Ida.

Il a lancé qu’il est temps pour les États-Unis de réagir au « code rouge », sans quoi le pays pourrait être confronté à des catastrophes encore plus importantes à l’avenir. M. Biden a prononcé un discours après avoir sillonné les rues dans le New Jersey et du quartier Queens, à New York. Il a rencontré des sinistrés, dont les maisons ont été détruites ou fortement endommagées par les inondations après le passage d’Ida. Le président a souligné que les dégâts que tout le monde peut constater, des feux de forêt dans l’Ouest aux ouragans dans le Sud et le Nord-est, convainquent de plus en plus de sceptiques que les changements climatiques sont bien réels. « La menace est parmi nous et rien ne va en s’améliorant, a affirmé M. Biden à New York. La question est: est-ce que ça va empirer? Nous pouvons empêcher que cela empire. »

Quelques heures plus tôt, le président a tenu des propos similaires avant sa visite à Manville, au New Jersey, qui a aussi été ravagée par les inondations. « Toutes les régions du pays, toutes, sont victimes de vagues de chaleur extrême », a-t-il rappelé. Il a ajouté que le pays doit réagir à la menace causée par les feux de forêt, les ouragans, les tornades, les inondations et les autres phénomènes météorologiques extrêmes en posant des gestes qui vont réduire les impacts nocifs pour l’ environnement. « Nous ne pouvons plus revenir en arrière, mais nous pouvons empêcher que la situation se détériore, a-t-il clamé. Nous n’avons plus de temps à perdre. » Les catastrophes naturelles ont donné à M. Biden l’occasion de forcer le Congrès à approuver son projet de 1 000 milliards de dollars pour renforcer les infrastructures nationales, notamment les réseaux électriques, les systèmes d’aqueduc et d’égouts, afin de mieux se défendre contre les phénomènes météorologiques. Le projet de loi a été approuvée par le Sénat et attend un vote de la Chambre des représentants.

Au New Jersey, M. Biden s’est promené dans une rue du quartier de Lost Valley, à Manville, où le nettoyage se poursuit après le débordement de la rivière Raritan. De nombreuses pelouses étaient couvertes de canapés imbibés d’eau, de pianos cassés, de plâtre effrité et d’autres débris. Une maison affichait un mot écrit à la main sur lequel on pouvait lire: « Manville s’en remettra ». M. Biden, qui portait un masque, a discuté avec des adultes et à des enfants, dont Meagan Dommar, une jeune mère dont la maison a été détruite par un incendie au moment de l’inondation. Elle lui a raconté qu’elle et son mari, Caesar, étaient partis avec leur bébé avant l’inondation, mais que tout était détruit à leur retour. « Dieu merci, vous êtes sains et saufs », a répondu le président. La dame a par la suite mentionné qu’elle espérait que la visite présidentielle accélérerait « un peu » l’arrivée d’aide. Tout le monde n’a pas été aussi accueillant. Alors qu’il parcourait les rues, le président démocrate a été insulté par des partisans de l’ancien président républicain Donald Trump, qui ont crié que Biden était un « tyran », et pire encore. M. Biden ne les a même pas regardés.

Crédit photo: Associated Press/Carolyn Kaster.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle