La recommandation d’Ottawa aura un impact dévastateur, dit l’industrie du voyage

Le secteur des voyages et du tourisme a été ébranlé, mercredi, lorsque le gouvernement fédéral a recommandé officiellement aux Canadiens d’éviter tout voyage non essentiel à l’étranger, en raison de la hausse du nombre de cas de COVID-19.

Le PDG de WestJet, Harry Taylor, fulminait, mercredi, contre cette recommandation fédérale, prédisant qu’elle créerait « des perturbations et un chaos inutiles » avant la haute saison des Fêtes. « Les Canadiens entièrement vaccinés ne devraient pas être ciblés pour avoir choisi de participer à une activité sans risques », a soutenu M. Taylor dans un communiqué. « Les interdictions de voyager, les restrictions et les avis généraux sont dévastateurs pour la poursuite de la reprise économique du pays et mettent en danger des dizaines de milliers d’emplois au Canada récemment rétablis dans le secteur des voyages et du tourisme. » M. Taylor soutient également que l’avis du gouvernement fédéral n’est « pas basé sur la science et les données », et que les mesures canadiennes ne s’arriment pas avec les politiques frontalières de l’Union européenne, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, a expliqué mercredi à Ottawa que le variant Omicron se propageait maintenant dans les communautés canadiennes et à travers le monde, ce qui pousse Ottawa à émettre une nouvelle recommandation, moins de deux mois après la levée de la précédente. Le gouvernement craint que les Canadiens contractent la COVID-19 en voyage et restent ensuite « coincés » à l’étranger, a expliqué le ministre Duclos. Le PDG de l’Association du transport aérien du Canada, John McKenna, a soutenu en entrevue mercredi que des milliers de voyageurs avaient annulé leurs réservations « parce qu’ils ne savent pas à quoi s’attendre à leur retour », à cause de la recommandation d’Ottawa. « Je pense qu’ils ont plus peur de la bureaucratie que de l’Omicron. »

Une baisse des voyages internationaux entraînera vraisemblablement aussi un ralentissement des voyages régionaux, car les deux se nourrissent l’un l’autre, et l’anxiété suscitée par le variant hautement transmissible découragera davantage les voyages intérieurs, a estimé M. McKenna. L’Association canadienne des agences de voyages affirme que le nouvel avis aura un « impact dévastateur » sur ses 14 000 agents, qui dépendent des voyages de vacances pour stimuler leurs affaires. L’association exhorte Ottawa à communiquer les avis et les mesures frontalières clairement et rapidement sur un seul site Web et à travailler plus étroitement avec l’industrie. La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a admis mercredi que « certaines restrictions de voyage auront un impact sur les entreprises touristiques qui ont déjà traversé 21 mois très difficiles ». Elle a rappelé les programmes qui offrent de l’aide fédérale pour les salaires et les loyers, une aide qui peut atteindre 75 % des dépenses d’une entreprise touristique.

Crédit photo: Gracieuseté.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle