Peu de gens le savent, mais il y a un tout petit peu d’Acadie dans trois des séries télévisées américaines les plus populaires des dernières années. Julie Roy, qui a vu le jour à Bathurst, a en effet campé un petit rôle dans 90210, Days of Our Lives et Parks and Recreation.

Le 12 mai 2011, plus de 4,5 millions de personnes ont vu l’Acadienne âgée de 31 ans interpréter Julie dans Parks and Recreation, une comédie devenue culte qui met en vedette Amy Poehler et Chris Pratt.

Deux ans plus tard, en mars 2013, Julie Roy faisait une apparition dans un épisode de la cinquième et dernière saison de la série 90210.

Née à Bathurst de parents acadiens (Allain Roy et Gisèle Cormier), Mme Roy a fréquenté l’école La Croisée de Robertville et l’école Sainte-Anne à Fredericton.

Quand elle a eu 13 ans, sa famille a déménagé dans la région de Milwaukee, au Wisconsin. C’est là qu’elle a obtenu son diplôme d’études secondaires.

Elle raconte qu’enfant, elle avait déjà compris qu’elle était une comédienne dans l’âme.

«Mais je ne savais pas que ce pourrait être une option dans ma vie. Ça me semblait impossible», confie-t-elle.

C’est une des raisons qui l’ont poussée à faire des études en journalisme à l’Université de Wisconsin-Milwaukee.

«J’ai pu apprendre beaucoup de choses sur les médias et comment communiquer à différents publics. Ce sont des outils fondamentaux que j’utilisent aujourd’hui comme comédienne», dit-elle.

Après avoir obtenu son baccalauréat en moins de trois ans, elle a travaillé comme journaliste pour la radio NPR et le réseau de télévision NBC, en plus de passer beaucoup de temps à Chicago à travailler comme mannequin.

«Tout ça m’a permis d’épargner assez d’argent pour réaliser mon rêve de déménager à Los Angeles», souligne-t-elle.

En plus de son travail dans 90210 et Parks and Recreation, Julie Roy a obtenu une belle visibilité dans la série Fletcher Drive, diffusée sur le web en 2012. Auparavant, elle avait notamment tenu un rôle dans les séries Jonas (2010), Victorious (2011) et Mystery ER (2008).

On a également pu la voir dans quelques épisodes de ce qui est un des soaps les plus populaires de l’histoire, Days of Our Live.

Ces jours-ci, l’Acadienne est en tournée de promotion pour le court-métrage The Role of Della, un film de 17 minutes du réalisateur Andrew Gallerani qui a notamment été présenté dans le cadre du Festival du film indépendant de Toronto, en septembre.

Julie Roy interprète le personnage principal dans cette histoire où une jeune comédienne décroche un rôle de rêve, pour ensuite découvrir que le réalisateur est un véritable dictateur.

Le film a été tourné à Vancouver et à Los Angeles.

Quand on demande à Julie Roy si le fait de parler français constitue un petit avantage dans un monde où il est extrêmement difficile de percer, elle souligne que ce n’est pas nécessairement le cas.

«Il est idéal d’avoir des traits commercialisables, mais à Hollywood, c’est le cas pour à peu près tout le monde. Le fait que j’ai deux passeports et que je parle plusieurs langues ajoutent à mes compétences et rend mon CV plus attrayant, mais cela n’ajoute pas nécessairement à mes chances.»

Sur son site web, l’Acadienne invite les cinéastes francophones à la contacter, soulignant qu’elle n’a jamais tourné en français.

«On ne sait jamais, peut-être que mon “big break” va avoir lieu grâce à un personnage acadien!», précise-t-elle à l’Acadie Nouvelle.

Même si elle vit aux États-Unis depuis de nombreuses années, Julie Roy demeure très attachée à ses racines acadiennes.

«Ma famille me manque, tout comme la langue et la province en général, souligne-t-elle. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de revenir au Nouveau-Brunswick au cours des dernières années.»

Elle souligne qu’elle souhaiterait toujours conserver un pied à terre aux États-Unis, mais qu’un de ses rêves serait d’un jour s’établir en Acadie.

«Je voudrais acheter la maison d’enfance de ma mère afin de la garder dans la famille, confie-t-elle. C’est mon endroit préféré dans le monde. Pour moi, cette résidence, c’est la quintessence de la maison!»

Mais avant d’en venir là, Julie Roy continue de s’accrocher à son grand rêve.

Quand on lui demande de quoi elle est la plus fière dans sa carrière, elle répond qu’elle a beaucoup apprécié l’expérience de tourner dans The Role of Della, mais qu’elle espère très fort que le meilleur est à venir pour elle.

Maquillée avec… Rob Lowe!

Si Julie Roy espère que le meilleur est à venir dans son désir de percer à Hollywood, cela ne l’a pas empêché de vivre toutes sortes d’histoires sur différents plateaux de tournage.

Elle raconte par exemple avoir su la veille de l’enregistrement de l’émission qu’elle devait se présenter sur le plateau de tournage de Parks and Recreation. «Je n’avais jamais regardé la série avant de filmer», raconte-t-elle. Elle a tourné en compagnie de Nick Offerman qui est, plus tard, devenu son «personnage préféré de la série». Avant le tournage, elle a partagé la roulotte de maquillage avec Aubrey Plaza et Rob Lowe, deux très grandes vedettes à Hollywood.

«Ce sont deux des personnes les plus amicales et terre-à-terre qu’il m’a été donné de rencontrer dans l’industrie.» De son passage à 90210, elle retient la relation amicale qu’elle a développée avec Bailey Noble, une comédienne dont la carrière «a sérieusement pris son envol» depuis.

De son passage sur le plateau de tournage de Days of Our Live (en 2012), l’Acadienne retient surtout qu’elle a assisté à un événement historique: le premier baiser gai de l’histoire des soap opéras (entre les comédiens Freddie Smith et Chandler Massey). Reste que l’expérience favorite de Julie Roy sur un plateau de tournage, elle l’a vécue avec le court-métrage The Role of Della.

«Le matériel tournait autour de mon personnage, souligne-t-elle. J’ai vraiment eu l’occasion de donner la vie à un personnage plutôt que de simplement aider à faire avancer une histoire. En tant qu’artiste, j’ai préféré avoir un rôle important dans un petit film que d’incarner un petit personnage dans une grande émission de télé.»