Sophie Duguay jouera la carte de l’authenticité

Sébastien LarocqueGens d'ici

Âgée de 14 ans, Sophie Duguay partira à la conquête du titre Miss High School America à Little Rock aux États-Unis.

Le pageant qui se tiendra dans la capitale de l’État américain de l’Arkansas est l’un des plus réputés en Amérique du Nord.

Il fait notamment partie du top-10 des meilleures compétitions de ce genre sur le continent.

Sophie Duguay sera l’une parmi la soixantaine de participantes dans la catégorie High School à tenter de gagner les grands honneurs. Défi qu’elle a hâte de relever.

«Je ne suis pas stressé, indique celle qui a mérité le titre de Miss New Brunswick High School America en juillet 2017. Je crois être bien préparé. Je sais à quoi m’attendre.»

Son couronnement de juillet 2017 a fait en sorte qu’elle était automatiquement qualifiée pour l’épreuve maîtresse.

Par ailleurs, en plus d’être la seule représentante du Canada cette année, elle voudra réussir là où d’autres ont échoué avant elle.

«Jamais aucune canadienne à réussir à se classer à ce pagent.» Afin de le faire, elle devra parvenir à se tailler une place au sein du top-15. Elle croit savoir comment faire.

«Il faut avoir un habillement qui te représente, explique-t-elle. Ça paraît quand c’est faux et que ce n’est pas toi.»

L’authenticité est donc la clé de la victoire.

«Le pageant auquel je vais participer est axé sur la personnalité de la personne plutôt que la beauté.»

Elle est aussi d’avis que son expérience lui sera grandement utile. Sophie s’intéresse aux pageants depuis 2013.

À quelques défilés de la victoire

Les étapes pour s’y rendre ne sont pas de tout repos.

Cela fait maintenant un an que Sophie se prépare pour la compétition.

Parmi les critères à respecter, il faut être en mesure de démontrer son implication dans la communauté.

«J’ai fait beaucoup de bénévolat. Il faut faire au moins deux actes de bénévolat tous les mois.»

Elle s’est donc investie du côté de la SPCA de Shippagan, dans les brunchs pour les enfants malades et différentes marches, dont celle pour l’alzheimer, notamment. Chose certaine, elle n’a pas le temps de s’ennuyer.

Par-dessus le bénévolat il y a sans contredit la préparation et le «coaching» qui prend beaucoup de temps.

Elle a aussi dû choisir une cause pour laquelle elle deviendrait militante. Elle a opté pour BRAVE (Building respect and values for everyone). Organisme qui sensibilise la population contre l’intimidation.

«Depuis que je suis jeune, je vois ça dans les écoles. Ça doit arrêter, ce n’est pas bien.»

Au final, elle sera jugée en trois volets distincts : entrevues avec les juges (40%), défilé fashion (20%) et défilé bal (40%).

La face méconnue des pageants

Contrairement à l’opinion généralisée face à ce genre d’événement, Sophie Duguay y voit beaucoup de positif dans son quotidien.

«C’est bon pour l’estime de soi, pour le côté artistique des gens, l’art oratoire et l’éducation, aussi.»

Des qualités qu’elle parvient à transposer dans son milieu scolaire.

«Ça m’a aidé du côté des présentations orales et à des moments où je dois prendre la parole en public.»

Le pageant se déroulera du 18 au 23 juin.