Les parlementaires britanniques ont adopté mercredi une loi qui criminalise la prise de photos sous les vêtements à l’insu de la victime, ce qu’on appelle en anglais l’« upskirting ».

Cette loi découle de la campagne menée par une femme de 26 ans, Gina Martin, qui avait pourchassé et rattrapé un homme qui avait pris une photo sous sa jupe lors d’un concert à Londres en 2017.

Mme Martin avait alors découvert que la pratique n’avait rien d’illégal, même si elle était de plus en plus répandue en raison de la prolifération des téléphones intelligents.

Mme Martin s’est réjouie de sa victoire mercredi sur Twitter. La députée Shami Chakrabarti a d’ailleurs salué sa détermination.

La loi entrera en vigueur après avoir reçu la sanction royale de la reine Élisabeth II, ce qui n’est qu’une formalité.

L’adoption de cette loi avait été bloquée, en juin dernier, par la seule opposition de l’élu conservateur Christophe Chope.

La loi s’appliquera à l’Angleterre et au Pays-de-Galle. L’« upskirting » était déjà illégal en Écosse.