Une nouvelle version du film Starbuck, mais ancrée dans la réalité ?

Une femme de Chicago, dont le père biologique était un donneur de sperme anonyme, a découvert par l’entremise d’un service de tests ADN qu’elle avait 15 demi-frères et demi-soeurs.

Âgée de 31 ans, Morgan Richardson, a découvert ses demi-frères et demi-soeurs au cours des quatre dernières années après avoir soumis un échantillon d’ADN à 23andMe, a rapporté le Chicago Tribune. Le site Web analyse l’ADN pour fournir des informations sur l’ascendance, la santé et d’autres caractéristiques d’une personne.

« C’est excitant, mais c’est un peu choquant, a reconnu Mme Richardson. Je me demande toujours: ‘Que font-ils?’ ‘Où vivent-ils?’ ‘Qu’est-ce qu’ils aiment?’ « Quelle est leur expérience en tant qu’enfant d’un donneur? » »

Morgan Richardson et sa soeur jumelle Lauren Richardson, qui vit dans le Michigan, savent depuis des années qu’elles ont été conçues par fécondation in vitro. Leur mère était divorcée et célibataire quand elle a décidé d’avoir des enfants.

Les jumelles avaient 16 ans lorsque leur mère est décédée d’un cancer du sein. Morgan Richardson s’est donc tournée vers 23andMe lorsqu’elle a voulu en savoir plus sur les antécédents du donateur.

Elle a alors appris qu’elle avait des ancêtres britanniques, irlandais, allemands, français et est-européens. Puis, elle a découvert qu’elle avait un demi-frère.

Les soeurs ont rapidement trouvé plus de correspondances sur le site Web, ainsi que sur Ancestry.com et le registre à but non lucratif Donor Sibling. Les demi-frères et demi-soeurs liés aux Richardson ont créé un groupe Facebook pour rester en contact.

Marie McCulloch, âgée de 35 ans, de New York, fait partie des demi-frères et soeurs. Mme McCulloch était également ravie de connaître son patrimoine génétique et a retrouvé un homme de 80 ans qui, selon elle, pourrait être leur père. Ils doivent encore se rencontrer.

Elle a dit qu’elle était parfois triste de s’être absentée pendant tant d’années sans connaître ses proches, mais que l’expérience avait été largement positive.

« En trouvant ces personnes avec lesquelles je ne savais pas que j’étais liée, je me sens beaucoup plus enracinée et plus sûre de moi, a dit Mme McCulloch. C’est comme si j’avais découvert un membre que je ne savais pas que j’avais. »

Dans le film québécois « Starbuck », un donneur de sperme joué par Patrick Huard découvre qu’il est le père biologique de 533 personnes.