Le ministère japonais des Affaires étrangères souhaite que le reste du monde commence à utiliser l’ordre traditionnel des noms japonais, en commençant par les noms de famille.

Le premier ministre Shinzo Abe deviendrait ainsi Abe Shinzo, tel qu’il est désigné au Japon, ce qui mettrait fin à l’ordre des noms à l’occidentale adopté par le pays il y a plus d’un siècle pour faciliter les relations avec les étrangers. Les noms de famille précèdent également les prénoms en Chine et en Corée du Sud, mais ces deux pays conservent ce même style à l’échelle internationale, contrairement au Japon. Le ministre japonais des Affaires étrangères, Taro Kono, entend demander aux journalistes étrangers d’adopter l’ordre japonais des noms pour marquer le début de la nouvelle ère impériale du Japon, notamment lors du prochain sommet du G20 à Osaka, en juin, et pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

« De nombreux médias étrangers parlent du président chinois Xi Jinping et du président sud-coréen Moon Jae-in, et je pense qu’il est souhaitable de désigner le premier ministre de la même façon, Abe Shinzo », a déclaré M. Kono aux journalistes. « J’ai l’intention de demander aux médias internationaux de le faire. » M. Kono, qui a étudié aux États-Unis et qui parle couramment l’anglais, préconise depuis longtemps un tel changement. Son nom de famille apparaît en premier sur sa carte de visite et sur Twitter.

La proposition a suscité des réactions mitigées, même au sein du parti au pouvoir. Alors que les conservateurs, dont le ministre de l’Éducation, Masahiko Shibayama, soutiennent le changement, d’autres, dont le secrétaire général du cabinet, Yoshihide Suga, se sont montrés prudents, citant des « pratiques coutumières ». Une proposition similaire d’un groupe d’experts présentée il y a 20 ans avait été largement ignorée.