Le pittoresque patelin terre-neuvien de Dildo, déjà habitué aux blagues coquines et aux sourires entendus, suscite une curiosité internationale sans précédent depuis que l’humoriste américain Jimmy Kimmel a amorcé une « campagne » pour en devenir maire.

Andrew Pretty, membre de l’administration locale, a déclaré que l’attention sur Dildo avait explosé depuis la diffusion du premier segment de Kimmel, au début du mois d’août. Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, est entré dans le bal sur Twitter, lundi, en invitant officiellement Jimmy Kimmel à visiter la province, promettant au comédien qu’il tomberait amoureux de l’endroit. Le talk-show de fin de soirée « Jimmy Kimmel Live » a présenté plusieurs segments sur Dildo, notamment une entrevue avec des résidents.

Une équipe de l’émission se trouve à Dildo cette semaine pour installer des affiches « Kimmel comme maire » et produire de nouveaux segments pour au moins deux autres épisodes, a déclaré M. Pretty. Selon lui, certains résidents craignent que les blagues sur leur patelin ne deviennent trop vulgaires, mais il ne croit pas que c’est là que veulent aller les producteurs de « Jimmy Kimmel Live ». Dildo n’est pas une municipalité, mais plutôt un « district de services locaux »; il n’y a donc pas de maire. L’origine du toponyme Dildo (« godemichet », en anglais) demeure obscure.