Le gouvernement fédéral rappelle aux Canadiens que certaines bonnes idées de cadeaux de Noël pourraient se cacher parmi les articles saisis par les agents des services frontaliers et qui sont mis aux enchères.

Des voitures, des motoneiges, des jeux de société, des chaussures, des vélos électriques et même des rebuts de caoutchouc sont disponibles sur la plateforme en ligne de vente aux enchères gérée par Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC). Le ministère a organisé une visite de son entrepôt de Montréal, mardi, l’un des huit établissements du pays où sont entreposés les objets dont le gouvernement n’a plus besoin, ainsi que les éléments saisis par l’État, qui n’attendent que d’être rachetés et déposés sous un arbre de Noël. Selon le directeur du secteur des services spécialisés de SPAC, Nicholas Trudel, ces enchères ont pour but de générer des revenus pour le gouvernement et d’éviter le plus possible que ces objets se retrouvent à l’enfouissement.

« Nous avons emballé des lots ici pour en faire des cadeaux pour les enfants, sachant qu’il y a une demande en cette période de l’année », a-t-il mentionné alors qu’un cariste bourdonnait derrière lui, déplaçant du matériel dans l’entrepôt. Les gens de SPAC avaient aménagé une table remplie d’objets de convoitise, toujours dans leur emballage d’origine, comme pistolet Nerf, une console de jeu PlayStation 4 et un jouet relié à la saga Star Wars. Nicholas Trudel explique que bon nombre de ces articles sont saisis à la frontière pour « toutes sortes de raisons ». Parfois, les droits de douane n’ont pas été payés ou d’autres fois l’entreprise qui doit les recevoir est en faillite.

Les agents des services frontaliers déterminent quels articles peuvent être vendus, poursuit M. Trudel, et les enchères ont lieu sur le site gcsurplus.ca tout au long de l’année, pas seulement pendant la période des fêtes. Environ 40 pour cent des ventes proviennent de véhicules d’occasion, dont certains sont haut de gamme et n’ont servi que pour des mesures de contrôle des émissions de gaz à effet de serre. De nombreux autres sont des véhicules de service qui ont dépassé leur durée de vie utile. En 2018, la valeur des ventes a atteint environ 72 millions $.

« La GRC dispose d’une très grande flotte de véhicules, fait remarquer M. Trudel. Elle ne veut pas de voitures à problèmes. Elle veut des véhicules opérationnels en parfait état. Quand elle ne veut plus d’une voiture, elle nous le fait savoir et on la vend en son nom. » Parfois le SPAC vend même des ambulances ayant servi sur les bases militaires ou des navires de la Garde côtière. Dans l’entrepôt, on trouvait notamment un Sea-Doo Challenger 2000 de Bombardier. Évidemment, le service ne vend jamais d’armes, de chars d’assaut, de véhicules armés, de drogue ou d’alcool.

Crédit photo: Pixabay LicenseLibre pour usage commercial, Pas d’attribution requise.