Qu’ont en commun une moto immatriculée en Inde, un vieux char français et un cycliste roulant à contresens? Ils se retrouvent tous dans un montage photo publié récemment par le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

Avec le retour du beau temps et des bolides à deux roues, la province a eu l’idée de lancer un message d’intérêt public sur sa page Facebook.

Il s’agit de trois images côte à côte. À gauche, un(e) motocycliste, au centre un cycliste et à droite une voiture rouge. Et en plein milieu, trois mots: «Partagez la route».

À priori, rien ne cloche. Mais en regardant les photos de plus près, on réalise qu’elles sont truffées d’éléments étonnants, pour ne pas dire complètement incongrus.

Depuis quand conduit-on à gauche au Nouveau-Brunswick?

Grâce à une recherche d’image inversée sur Google, on peut facilement mettre la main sur la photo originale de la moto.

Elle se trouve dans la banque d’images libres de droits Pexels. Il s’agit de l’un des nombreux sites qui sont régulièrement utilisés par toutes sortes d’organismes, d’entreprises et de médias (dont l’Acadie Nouvelle).

Le cliché du motocycliste a été pris en 2018 par un photographe professionnel nommé Pragyan Bezbaruah. Il demeure à Guwahati, en Inde.

C’est dans ce pays qu’elle a été prise, comme en témoignent les lettres «IND» sur la plaque d’immatriculation de la moto (qui a été remplacée maladroitement par une plaque néo-brunswickoise dans le montage photo gouvernemental). De plus, le bolide roule à gauche, comme tous les véhicules en Inde.

L’Acadie Nouvelle a joint M. Bezbaruah sur Facebook. Il raconte que le cliché a été pris près de chez lui, sur une petite route isolée de la province d’Assam.

Un vélo du mauvais côté de la route et une voiture… française?

Il ne s’agit pas du seul élément qui saute aux yeux. Les deux autres images – qui sont elles aussi tirées de banques en ligne – sont pour le moins intrigantes.

La photo du milieu met en scène un cycliste qui semble plus en train de participer à une course de haut calibre qu’à «partager la route».

Pourquoi? Parce qu’on voit bien qu’il roule dans la voie de gauche, du mauvais côté de la ligne jaune.

On note d’ailleurs qu’il chevauche un vélo de marque Giant qui ressemble beaucoup à un modèle professionnel qui se vendait quelques milliers de dollars en 2013. On peut se demander combien de ces bécanes se trouvent au Nouveau-Brunswick.

La troisième image du triptyque publié par le gouvernement du Nouveau-Brunswick, soit celle d’une voiture rouge, est elle aussi assez intrigante.

À première vue, tout est beau. À part peut-être le fait que l’automobile semble rouler dans le centre de la route, quasiment dans la voie de gauche. Cela s’explique par le fait que dans la photo originale, elle double un enfant à vélo sur l’accotement.

Ce qui est plus problématique, c’est que le véhicule est vraisemblablement une voiture de marque Peugeot. À l’oeil, il semble s’agir d’un modèle 206 âgée de quelques années.

Si cela est incongru, c’est parce que le fabricant français Peugeot ne vend plus de voitures en Amérique du Nord depuis…1991. Les chances de croiser une 206 au Nouveau-Brunswick sont donc à peu près nulles.

C’est cependant théoriquement possible. Mais ce n’est pas tout: le véhicule dans la photo est doté d’une plaque d’immatriculation qui ressemble comme deux gouttes d’eau aux plaques utilisées en Europe.

Il y a donc fort à parier qu’à l’instar de la moto dans le montage, la Peugeot rouge n’a jamais roulé au Nouveau-Brunswick (ou même à des milliers de kilomètres de chez nous).