Deux hommes sont disculpés d’avoir tué Malcom X en 1965

Deux hommes qui ont nié pendant des décennies avoir participé à l’assassinat du militant des droits civiques Malcolm X en 1965 seront disculpés jeudi, au terme d’une enquête qui aura duré près de deux ans.

Muhammad Aziz, qui a maintenant 83 ans, et feu Khalil Islam avaient été reconnus coupables en 1966, mais après un procès pendant lequel les autorités ont caché des preuves favorables à la défense, selon leurs avocats, l’Innocence Project et l’avocat spécialiste des droits civiques David Shanies. Le bureau du procureur du district de Manhattan Cyrus Vance Jr devrait se joindre aux avocats des deux hommes jeudi pour demander à un juge d’annuler les condamnations. Malcolm X a été abattu alors qu’il commençait un discours dans la salle de bal Audubon de Harlem, le 21 février 1965.

M. Aziz, M. Islam et Mujahid Abdul Halim _ aussi connu sous les noms de Talmadge Hayer et de Thomas Hagan _ ont été reconnus coupables de meurtre en mars 1966 et condamnés à la prison à vie. M. Hagan a reconnu avoir été l’un des trois tireurs qui ont abattu Malcolm X, mais il avait témoigné que MM. Aziz et Islam n’y étaient pour rien. Les deux hommes répétaient leur innocence et avaient fourni des alibis. Aucune preuve physique ne les plaçait sur les lieux du crime. Malcolm X avait acquis une renommée nationale en tant que porte-parole du groupe Nation of Islam, proclamant l’importance pour les Noirs de réclamer leurs droits civiques « par tous les moyens nécessaires ».

Il s’est éventuellement dissocié du groupe et, après un voyage à La Mecque, a commencé à parler d’une éventuelle unité raciale. Cela lui a valu la colère de certains membres de Nation of Islam, qui l’ont vu comme un traître. Selon le « New York Times », la nouvelle enquête a révélé que la police fédérale américaine avait des documents pointant vers d’autres suspects, et un témoin encore en vie a soutenu l’alibi que M. Aziz a offert depuis son procès _ qu’il était chez lui, blessé à la jambe, au moment de la fusillade.

En outre, l’examen a révélé que les procureurs étaient au courant, mais n’avaient pas dévoilé que des agents infiltrés se trouvaient dans la salle de bal lorsque les coups de feu ont éclaté, et la police savait que quelqu’un avait appelé le « Daily News » de New York plus tôt dans la journée pour dire que Malcolm X serait tué. M. Aziz a été libéré en 1985 et M. Islam deux ans plus tard. Ce dernier est décédé en 2009. Les deux hommes ont toujours lutté pour blanchir leur nom.

M. Hagan a été libéré sur parole en 2010. Il a identifié deux autres individus comme étant les hommes armés, mais personne d’autre n’a jamais été arrêté.

Crédit photo: Pixabay LicenseLibre pour usage commercial, pas d’attribution requise.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle