Après des années à suivre des régimes yo-yo, à se juger durement et à ressentir de la honte, Amanda en a eu assez.

Ayant commencé à éprouver des difficultés avec son poids à l’adolescence, elle avait passé toute sa vingtaine à essayer divers régimes, à s’abonner aux meilleurs régimes et à engager des entraîneurs personnels. « Je commencerai lundi » était devenu la devise de sa vie en quelque sorte.

Amanda a ressenti enfin un peu de soulagement en rencontrant le Dr Sean Wharton, spécialiste de la médecine interne qui se consacre principalement à la prise en charge de l’obésité à la Wharton Medical Clinic de Toronto.

« Le Dr Wharton m’a expliqué que les raisons qui font que j’ai autant de difficulté à perdre du poids sont d’origine physiologique », a souligné Amanda. « J’ai été soulagée d’apprendre qu’il y a une cause qui explique pourquoi tout le travail et l’effort que j’ai investi dans la perte du poids semblent, bien souvent, n’avoir rien donné. »

Même si Amanda et le Dr Wharton ont élaboré un plan de traitement pour la prise en charge de son obésité, un trouble maintenant considéré comme une maladie chronique par l’Association médicale canadienne, ses amis et ses proches ont encore du mal à comprendre.

« Ils m’envoient souvent de l’information sur de nouveaux cours de conditionnement physique, ou ils me demandent si je veux prendre une salade, comme si j’étais incapable de faire des choix santé quand je mange au restaurant », a expliqué Amanda. Elle poursuit: « Leurs façons de me montrer leur soutien me donnent l’impression qu’ils m’aimeraient davantage si j’étais plus mince. Je suis bien dans ma tête et dans mon corps; j’aimerais seulement que les personnes autour de moi pensent comme moi. »

Un sondage Léger a révélé que 86 % des Canadiens pensent que l’obésité est la principale conséquence de choix personnels en matière d’activité physique et d’apport alimentaire. Le sondage indiquait également que 55 % des Canadiens pensent que les personnes atteintes d’obésité manquent d’autodiscipline.

De tels préjugés sont loin de la vérité, car les recherches menées sur l’obésité ont permis de déterminer un certain nombre de facteurs de risques dont la génétique, l’activité physique, le régime alimentaire, le statut socio-économique, l’origine ethnique, l’immigration et les facteurs environnementaux.

Si vous êtes aux prises avec l’obésité, communiquez avec votre médecin pour discuter d’un plan de traitement individuel offrant des stratégies réalistes et durables en matière de perte et de gestion du poids à long terme.