Cette semaine, je réponds aux questions d’un lecteur au sujet de la diète faible en FODMAP, qui est très populaire auprès des personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII).

Qu’est-ce que la diète faible en FODMAP?

La diète FODMAP a été publiée pour la première fois en 2005 par deux chercheurs australiens, Sue Sheppard, nutritionniste, et Peter Gibson, gastro-entérologue. Depuis lors, cette diète s’est avérée efficace pour réduire substantiellement les symptômes du SII. C’est certainement l’élément qui l’a propulsé auprès des diététistes et des gastro-entérologues partout dans le monde.

Actuellement, on reconnaît sa capacité à réduire de 75% les symptômes du SII. Et puisque l’on sait qu’une personne sur sept en est atteinte, ce pourcentage devient alors très important.

Que signifie FODMAP?

FODMAP est l’acronyme (anglais) des sucres qui sont partiellement digérés et absorbés et qui sont rapidement fermentés par l’action des bactéries présentes en grandes quantités dans le côlon. La fermentation de ces sucres dans l’intestin engendre gaz et ballonnements.

F pour fermentable: les sucres, qui sont partiellement digérés, fermentent sous l’action des bactéries qui se trouvent dans le colon
O pour oligosaccharides (fructanes et galacto-oligosaccharides)
D pour disaccharides (lactose)
M pour monosaccharides (fructose)
A pour and (et)
P pour polyols (sucres alcool: sorbitol, mannitol, xylitol)

Pourquoi la diète faible en FODMAP est-elle fortement recommandée aux personnes souffrant du SII?

La personne qui souffre du SII reconnaît déjà le lien entre la consommation de certains types d’aliments et le déclenchement de ses symptômes (ballonnements, gaz, irrégularité de fréquence et de consistance des selles).

Il faut également se rappeler que l’intestin de la personne atteinte du SII est beaucoup plus sensible et qu’elle ressent plus vivement la douleur provoquée par la fermentation des sucres.

Il est souhaitable d’adopter l’alimentation faible en FODMAP afin de réduire au minimum la fermentation des sucres dans l’intestin, et par conséquent, soulager les symptômes liés au SII.

Quels sont les aliments à éviter?

Notez que cette liste d’aliments est non exhaustive. Vous en trouverez une plus complète dans le livre de Cinzia Cuneo (soscuisine.com): La solution FODMAP – Pour en finir avec les maux de ventre. Ce livre comporte une liste d’aliments à haute, à moyenne ou à faible teneur en FODMAP, mais aussi de précieux renseignements au sujet de la diète faible en FODMAP et du SII. À partir du site internet de SOS Cuisine, vous pourrez également télécharger une liste aide-mémoire des principaux aliments à teneur élevée ou de ceux à faible teneur en FODMAP.

Quelques exemples d’aliments riches en FODMAP:
Oligosaccharides
Sources alimentaires de fructane: melon d’eau, ail, artichaut, asperges, oignons, blé, seigle, haricots et pois verts secs, noix de cajou et pistaches.
Sources alimentaires de galacto-oligosaccharides: lentilles, haricots et pois verts secs.

Disaccharides
Sources alimentaires de lactose: lait et produits laitiers.
Monosaccharides
Sources alimentaires de fructose: cerises, mangue, pomme, poire, artichaut, asperge, mélasse, miel et sirop d’agave.

Polyols
Avocat, cerises, pêches, pommes, champignons, chou-fleur, courge, gommes à mâcher et gâteries sans sucre.
Tous les aliments sucrés avec du sorbitol, mannitol, xylitol, maltitol, isomalt et polydextrose.

Mot de la fin

Si vous souhaitez adopter les principes de la diète faible en FODMAP, vous auriez avantage à consulter une diététiste. En plus de vous orienter en la matière, elle pourra également s’assurer que votre alimentation répond à tous vos besoins nutritionnels.

Espérant avoir bien répondu à vos questions, je vous dis bon samedi!