Méditation, hamacs et bols chantants tibétains…

Jean-Marc DoironVotre santé

Qui l’eut crû? Les méditations flottantes avec bols chantants tibétains ont la cote à McKees Mills, une petite communauté en banlieue de Bouctouche.

La clinique de médecine douce de Nathalie Proulx prend de l’expansion, seulement un an après son ouverture.

Quand Nathalie Proulx a déménagé de l’Ontario au comté de Kent afin d’occuper un nouvel emploi avec Poste Canada, il y a dix ans, elle s’est dit que le changement aboutirait à quelque chose de spécial.

S’étant toujours intéressée aux médecines holistiques, elle rêvait d’ouvrir une clinique dans la communauté rurale. Afin de s’approcher de son but, elle suivait – quand le temps lui permettait – des formations de réflexologie, d’aromathérapie, de Reiki et d’autres thérapies alternatives.

En avril 2017, elle a enfin décidé de lancer son entreprise, qu’elle a nommée Thaly Holistic Life Journey. Au départ, elle offrait des soins à temps partiel, les soirs et les week-ends. Elle s’était donné comme objectif de prendre sa retraite de Poste Canada dans cinq ans afin d’offrir des soins à temps plein.

L’expérience a dépassé ses attentes. En raison d’une forte demande, elle a fait le saut en cinq mois, plutôt qu’en cinq ans.

«Au début, c’était un peu épeurant, surtout parce qu’on est dans un petit coin du Nouveau-Brunswick, ici à McKees Mills. Mais je pouvais voir que c’est ce dont les gens avaient besoin.»

Il n’a pas fallu longtemps avant que Mme Proulx découvre à quel point les gens de sa région cherchent des outils pour prendre un recul des pressions quotidiennes de la vie moderne. Elle remarque une ouverture grandissante du public envers les soins naturels.

«On cherche à revenir à nos racines. La vie est tellement rock n’ roll qu’on cherche à prendre le temps de prendre soin de nous.»

L’une des thérapies les plus populaires de Mme Proulx est ses méditations flottantes avec bols chantants. La pratique a lieu dans une pièce du deuxième étage de son entreprise, une salle avec des murs en bois de grandes fenêtres qui laissent pénétrer la lumière naturelle de l’extérieur. Les clients s’installent dans l’un des 22 hamacs suspendus dans le studio pendant que la thérapeute joue les bols tibétains.

La majorité des sessions de méditation flottante publicisées sur sa page Facebook sont à guichets fermés.

«La réaction la plus fréquente est qu’on a l’impression de flotter. On relâche tout. Avant les sessions, j’explique que oui: les enfants sont à la maison, il faut faire l’épicerie et on a oublié de payer la facture d’électricité. Mais là, c’est une occasion de vivre dans le moment présent.»

«Le monde a besoin de revenir sur terre quelque part. Et quoi de mieux que de s’étendre dans un hamac et d’écouter des sons et des vibrations qui nettoient les chakras?»

Mme Proulx a appris la technique lors d’un stage d’un mois et demi à la Thaïlande. Elle a ensuite affiné sa méthode lors de formations additionnelles. Elle a aussi suivi des formations de soins holistiques à New York et en Virginie.

En plus d’offrir les méditations flottantes, elle propose des traitements d’aromathérapie, de réflexologie, de Reiki et des massages aux pierres chaudes.

Mme Proulx est originaire de Hawkesbury, une ville située entre Ottawa et Montréal, en Ontario. Après avoir suivi quelques formations en massothérapie quand elle était plus jeune, elle a travaillé pendant 24 ans pour Postes Canada.