Il meurt après avoir consommé de l’alcool, de la caféine et un médicament contre le rhume

La Presse CanadienneVotre santé

La combinaison de Four Loko, une boisson à forte teneur en alcool, de caféine et d’un médicament contre le rhume s’est révélée fatale pour un homme de Drummondville, au Québec, décédé pendant la période des Fêtes 2017 à l’âge de 30 ans.

Pierre Parent avait, selon ses proches, développé une dépendance aux boissons sucrées fortement alcoolisées, indique le rapport du coroner rendu public mardi. Sa consommation régulière pouvait correspondre à «au moins deux canettes», tous les jours.

Le 25 décembre dernier, M. Parent avait consommé deux canettes de Four Loko avant d’aller souper chez ses parents. Sur place, il boit une bouteille de 473 ml de Smirnoff.

Le Four Loko contient 11,9% d’alcool et le Smirnoff, 4,8%.

En soirée, M. Parent se plaint de maux de ventre. Avant d’aller au lit, il consomme deux autres canettes de Four Loko. Puis, dans la nuit, il prend deux comprimés d’acétaminophène de type Tylenol Rhume.

Le lendemain matin, M. Parent «se trouve dans un épisode de tremblements excessifs, inconscient, les yeux ouverts», indique le coroner. Sa conjointe compose le 911 et entreprend des manoeuvres de réanimation jusqu’à l’arrivée des ambulanciers.

Le décès de Pierre Parent est constaté à l’hôpital peu après, et l’équipe traitante aux urgences ne parvient pas à identifier de cause probable.

«Un foie très, très malade»

Le coroner Yvon Garneau conclut que Pierre Parent est décédé d’une arythmie cardiaque secondaire à l’effet combiné de l’alcool éthylique, de la caféine et de la chlorphéniramine (un antihistaminique aux propriétés antitussives), dans le contexte d’une stéatose hépatique et d’une dilatation ventriculaire gauche.

En d’autres mots, M. Parent avait «un foie très, très malade» et un coeur fragilisé, explique M. Garneau en entrevue téléphonique, précisant que son organe était «compatible avec un problème d’alcoolisme». La consommation d’alcool,  de caféine (dont on ignore toujours la source) et de médicaments ajoutée à sa condition a provoqué l’arythmie.

Le trentenaire ignorait toutefois dans quel état se trouvaient son foie et son coeur et paraissait en pleine santé.

«D’où le message que l’on passe. Il y a peut-être des gens qui ne le savent pas qu’ils ont un foie si malade, qui continuent de boire cette boisson sucrée dont le goût d’alcool est masqué et qui vont développer ce même problème. Et si jamais ils prennent, sans s’en rendre compte, de la caféine ou encore deux aspirines, ils vont se retrouver dans un cas similaire», souligne le coroner.

Il recommande au ministère de la Santé de sensibiliser le public aux réels dangers de la consommation d’alcool éthylique en combinaison avec des stimulants comme la caféine ou certains médicaments arythmogènes. Il souhaite également voir Santé Canada diffuser des avis publics concernant ces mêmes dangers.

«Si vous êtes consommateur de boissons sucrées fortement alcoolisées, vous risquez de devenir dépendant, d’en boire deux, trois, quatre par jour, par exemple. Vous risquez d’endommager votre foie et si vous prenez des médicaments avec ça, avec un ajout de caféine, vous allez vous retrouver avec le même diagnostic de décès que Pierre Parent. C’est un avertissement assez sérieux qu’on fait parce que les urgentologues et les toxicologues sont unanimes pour dire qu’il se fait une grande consommation, chez les jeunes comme chez les moins jeunes, de ces boissons-là actuellement au Québec», conclut M. Garneau.

En mars dernier, la compagnie derrière Four Loko a annoncé la suspension de la remise en marché de son produit au Québec, qui avait déjà été retiré des tablettes quelques mois plus tôt.