Les hommes et les femmes ne se rappelleraient pas de leur douleur passée de la même manière, et l’anticipation de la douleur rend les mâles plus sensibles aux prochaines expériences douloureuses similaires, révèle une récente étude dirigée par des chercheurs basés à Montréal et Toronto.

La raison? Les hommes se souviennent plus clairement que les femmes de la douleur qu’ils ont ressentie dans le passé.

Ce résultat a été une surprise pour les chercheurs car il est bien connu, disent-ils, que les femmes sont plus sensibles à la douleur que les hommes, et aussi qu’elles sont généralement plus stressées. Bref, de voir que les hommes réagissaient plus dans le cadre de l’étude a été une découverte étonnante pour eux.

Ces travaux ont été réalisés alors que les scientifiques croient de plus en plus que l’un des facteurs importants de la douleur chronique semble être le souvenir de la douleur antérieure.

L’équipe menée par des chercheurs de l’Université McGill à Montréal et de l’Université de Toronto a publié ses résultats jeudi dans la revue scientifique « Current Biology ».

Leur étude, menée sur des humains et des souris, suggère qu’il y aurait des variations, basées sur le sexe, de la façon dont l’on se souvient de la douleur.

Parce que les hommes se souvenaient plus de leur douleur passée, ils étaient plus stressés dans le cadre de l’étude, et hypersensibles à la douleur subséquente causée au même endroit où elle avait été ressentie la première fois. Les femmes _ et les souris femelles _ ne semblaient pas stressées par leurs expériences antérieures de douleur, a expliqué en entrevue téléphonique Jeffrey Mogil, professeur au département de psychologie de l’Université McGill et l’un des auteurs de la recherche.

Mais pour l’instant leurs découvertes sont limitées à un contexte où une douleur subséquente a été appliquée au même endroit que la première, dans un laps de temps relativement court. On ne parle donc pas d’une cheville cassée et d’un coup de poing au visage le mois suivant: il faudra plus de recherches pour extrapoler les résultats de cette façon.

Quant à l’intérêt de cette recherche, les chercheurs estiment que les résultats obtenus pourraient éventuellement aider à développer des traitements pour la douleur chronique, qui afflige de très nombreuses personnes. De plus, le fait de confirmer qu’il y a une autre différence entre les hommes et les femmes sur la façon de ressentir la douleur permettra de mieux cibler les soins à leur offrir.