La ministre fédérale de la Santé veut s’attaquer au vapotage jugé trop populaire chez les jeunes et pour cela, elle envisage de limiter les saveurs disponibles.

Il pourrait ne rester que les saveurs plus traditionnelles comme le tabac et la menthe. Car celles rappelant les confiseries et les desserts ont été citées par les jeunes comme étant les plus attrayantes, selon un sondage mené par Santé Canada. Ginette Petitpas Taylor a ainsi lancé jeudi une consultation à ce sujet chez la population afin de déterminer quelles nouvelles mesures réglementaires pourraient être envisagées pour réduire l’adoption du vapotage. « Le niveau de vapotage chez les jeunes est une situation qui m’inquiète », a dit la ministre en mêlée de presse. Cette tendance menace les gains durement gagnés par le Canada dans la lutte contre le tabagisme, juge le ministère. Des changements sont ainsi proposés.

« On veut limiter le niveau de nicotine qui est disponible. Et puis, l’autre chose aussi, c’est de limiter les saveurs. Nous reconnaissions qu’il y avait plusieurs saveurs qui pouvaient être vraiment attirantes pour les jeunes », a précisé la ministre Petitpas Taylor. Le ministère de la Santé dit craindre que le vapotage ne prédispose les jeunes à d’autres types de dépendance et potentiellement à l’usage de produits de tabac. Car plusieurs produits de vapotage contiennent de la nicotine, et les jeunes y sont plus vulnérables que d’autres, peut-on lire dans l’avis de consultation.

Parmi les mesures possibles, il est aussi envisagé d’ajouter des restrictions à la vente en ligne. Selon l’Enquête canadienne sur le tabac de 2016-2017, 15 pour cent des élèves de la 10e à la 12e année (secondaire IV et V au Québec) ont utilisé un produit de vapotage au cours des 30 derniers jours, en hausse par rapport à 9 pour en 2014-2015. Cela représente une augmentation de 64 pour cent, rapporte Santé Canada. Des données plus récentes donnent à penser qu’il y a eu une augmentation importante du vapotage chez les Canadiens de 16 à 19 ans, ajoute le ministère.

Cette consultation se déroulera du 11 avril au 25 mai 2019.