Les femmes instruites, sociables et qui pratiquent des activités stimulantes cognitivement sont plus susceptibles que n’importe qui d’autre de vieillir avec une mémoire en santé, ont constaté des chercheurs de l’Université de l’Alberta.

Règle générale, les gens âgés de 55 à 75 ans et dont la mémoire était en bon état avaient aussi un rythme cardiaque plus lent et s’adonnaient à des activités susceptibles de stimuler leur cerveau, comme l’informatique ou l’apprentissage d’une nouvelle langue. À l’inverse, ceux chez qui la mémoire déclinait participaient à moins d’activités stimulantes cognitivement, avaient un rythme cardiaque plus élevé et étaient moins actifs socialement. L’auteure principale de l’étude, Peggy McFall, a expliqué dans un communiqué qu’il pourrait être possible d’utiliser ces facteurs pour « améliorer le sort des aînés », aussi bien pour favoriser un vieillissement sain de la mémoire que pour prévenir ou ralentir un éventuel déclin.

« C’est une étude d’ampleur, estime le docteur Benjamin Boller, qui enseigne au département de psychologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Ce qui est intéressant, c’est qu’ils (les auteurs) nous mettent en évidence des choses qui étaient connues, mais qui n’étaient pas connues en lien avec les capacités de mémoire épisodique. » La mémoire épisodique, explique-t-il, est l’une des mesures les plus sensibles pour pouvoir diagnostiquer la maladie d’Alzheimer de manière précoce.

« C’est particulièrement intéressant de regarder la cognition au niveau de la mémoire parce qu’on sait que dans la maladie d’Alzheimer, c’est une des fonctions cognitives qui va le plus rapidement décliner, poursuit le docteur Boller. Dans les stades avant la maladie (…) on sait déjà qu’il y a un impact cognitif. Ça va être cette mémoire, donc la mémoire épisodique, qui va décliner quelques années avant le diagnostic, bien avant les symptômes associés à la démence. »

La méthode « nouvelle » utilisée par les chercheurs permet de tracer des liens entre les facteurs modifiables et la mémoire épisodique, précise-t-il. Notamment, les sujets ont été divisés en deux groupes: un groupe d’âge adulte (55 ans et plus) et autre formé de personnes de plus de 75 ans. « Ça peut être très intéressant au niveau clinique de savoir quelle prévention on peut avoir en fonction d’une classe d’âge différente, ajoute le chercheur. Mais il faut faire attention, parce que dans le vieillissement, il y a beaucoup d’hétérogénéité. »

Les sujets de 55 à 75 ans ont cette particularité qu’ils devront traverser l’étape de la retraite, rappelle le docteur Boller. Il est alors essentiel de poursuivre ses activités physiques et intellectuelles, de développer des liens sociaux, autrement le risque de déclin cognitif commence à grimper, dit-il. « Il n’y a pas seulement l’idée qu’on part avec un bagage différent en naissant, et que certains résistent mieux que d’autres, explique-t-il. Il y a le fait de construire sa propre réserve tout au long de sa vie, et il n’y a pas d’âge pour commencer à apprendre. L’idée, c’est ça: on continue à s’intéresser, on ne change pas, on continue avec des habitudes de vie saines. »