Les nouvelles encourageantes se multiplient concernant le développement éventuel d’un vaccin contre le coronavirus.

La semaine dernière, l’entreprise biopharmaceutique québécoise Medicago a indiqué que son vaccin candidat a généré une réponse en anticorps positive chez la souris dix jours après l’administration d’une seule dose. Puis, samedi, Santé Canada a approuvé des tests qui seront menés au Centre canadien de vaccinologie de l’Université Dalhousie. Une équipe anglo-américaine annonce maintenant que son vaccin candidat a protégé des singes d’une pneumonie, en plus de susciter chez eux une forte réponse immunitaire.

Le vaccin potentiel reproduit la protéine de spicule que le SRAS-CoV-2 utilise pour envahir les cellules. Six macaques rhésus ont reçu ce vaccin, puis une forte dose du virus. Tous les animaux ont développé les anticorps qui empêchent le virus de s’infiltrer dans les cellules. Le vaccin semble aussi avoir bloqué la reproduction du virus dans leurs poumons. Ce vaccin, qui a été développé conjointement par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases et l’Université d’Oxford, fait maintenant l’objet d’essais cliniques.

Crédit photo: Archives.

42077444762_a2ffd24c73_b
L'OMS accepte l'idée d'une enquête indépendante sur…