Le Canada ajoutera bientôt un autre vaccin contre la COVID-19 à son offre, la ministre de l’Approvisionnement Anita Anand ayant annoncé récemment que les expéditions initiales du vaccin à dose unique de Johnson & Johnson arriveront d’ici la fin avril.

Le Canada a approuvé le vaccin au début du mois de mars et avait précommandé 10 millions de doses, mais des problèmes de production de la part de l’entreprise ont entraîné des retards d’expédition au Canada et ailleurs. Mme Anand n’avait pas de détails lorsqu’elle a annoncé mardi le nombre de doses incluses dans le premier envoi. L’ajout du vaccin de Johnson & Johnson donne au Canada quatre vaccins distincts _ il s’ajoute à ceux de Pfizer-BioNTech, Moderna et Oxford-AstraZeneca _ et le fait qu’il ne nécessite qu’une seule dose ajoute de la flexibilité au plan du pays visant à immuniser la majorité de ses résidants d’ici septembre.

Le Dr Sumon Chakrabarti, spécialiste des maladies infectieuses à Mississauga, en Ontario, affirme que même si les vaccins arrivent plus tard que prévu, ils seront un ajout bienvenu au déploiement de la vaccination au Canada. « Un vaccin à dose unique, ainsi que le fait qu’il ne nécessite qu’un réfrigérateur ordinaire (pour le stocker), c’est tellement énorme pour apporter ce vaccin aux populations ciblées », a-t-il déclaré. Voici ce que nous savons sur le vaccin de Johnson & Johnson:

QUELLE EST SON EFFICACITÉ?

Johnson & Johnson a annoncé des résultats prometteurs à l’issue de ses essais cliniques de phase 3 à la fin du mois de janvier, suggérant que son vaccin réduisait de 85 % les maladies graves associées au coronavirus et prévenait 100 % des hospitalisations et des décès liés à la COVID-19. Le vaccin a démontré une efficacité de 72 % dans la prévention des infections à la COVID-19 après 28 jours des essais de la société aux États-Unis. L’efficacité a chuté à 66 % en faisant la moyenne des résultats d’autres essais mondiaux, y compris une étude sud-africaine qui a pris en compte des variants plus transmissibles du virus de la COVID-19. Pfizer et Moderna ont montré une efficacité de 95 % dans leurs essais respectifs, mais ceux-ci ont été testés contre les souches dominantes précédentes et ne tenaient pas compte des variants apparus depuis.

Pfizer, Moderna et AstraZeneca n’ont également enregistré aucune hospitalisation ni aucun décès dans leurs essais. Le Dr Chakrabarti dit qu’il est important de distinguer le calendrier des quatre essais, et a souligné qu’ils fonctionnent tous extrêmement bien dans les paramètres qui comptent le plus. « Ces quatre vaccins (…) sont exceptionnellement efficaces pour prévenir les hospitalisations et les décès, a-t-il déclaré. Ce sont les deux choses qui nous intéressent. »

QUELS SONT LES AVANTAGES DE CE VACCIN?

La facilité de distribution offerte par une injection à dose unique _ contrairement aux vaccins à deux doses de Pfizer, Moderna et AstraZeneca _ et la possibilité de conserver le vaccin dans un réfrigérateur ordinaire font partie des plus grands atouts du produit de Johnson & Johnson. Le vaccin de Pfizer nécessitait initialement des températures de stockage ultra-froides comprises entre -60 C et -80 C, bien que Santé Canada ait récemment déclaré qu’il pouvait être conservé dans un congélateur ordinaire jusqu’à 14 jours. Le vaccin de Moderna peut également être conservé à des températures de congélation normales tandis que celui d’AstraZeneca peut être conservé au réfrigérateur.

Le Dr Chakrabarti affirme que le produit de Johnson & Johnson est propice à la création de grandes cliniques mobiles de vaccination qui pourraient être mises en place rapidement pour cibler les populations des communautés durement touchées, en particulier les travailleurs essentiels. « Vous pouvez transporter le vaccin là-bas et simplement (…) l’injecter dans les bras des gens », a-t-il dit. « L’échéancier n’aide pas _ nous voulions vraiment commencer (à vacciner) les travailleurs essentiels le plus rapidement possible (…) Mais c’est quelque chose que vous pourrez (facilement) faire avec J&J. »

Le Dr Chakrabarti a ajouté que Johnson & Johnson pourrait également bénéficier de ne pas être entouré de messages contradictoires comme ceux liés au vaccin d’AstraZeneca. Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) du Canada a établi des recommandations d’âge pour AstraZeneca à trois reprises. La dernière recommandation a été de suspendre l’utilisation du produit d’AstraZeneca chez les moins de 55 ans en raison de rares liens de caillots sanguins observés en Europe. Omar Khan, professeur adjoint en génie biomédical à l’Université de Toronto, affirme que le vaccin de Johnson & Johnson pourrait se faufiler dans le vide laissé par les provinces n’utilisant pas celui d’AstraZeneca pour les moins de 55 ans.

« (La décision du CCNI) a effectivement réduit notre approvisionnement en vaccins », a déclaré le professeur Khan. « Mais avec cela, nous pourrons compenser cette perte d’approvisionnement pour cette population et nous espérons nous remettre sur les rails. » Le fait que Johnson & Johnson soit déjà utilisé aux États-Unis pourrait donner plus de confiance aux Canadiens, a ajouté le Dr Chakrabarti. La FDA a approuvé le vaccin de Johnson & Johnson le 27 février, mais les expéditions vers les États-Unis ont également été affectées par des problèmes de production. La majeure partie des vaccins utilisés aux États-Unis est venue de Pfizer et Moderna. « C’est très bien quand on voit d’autres pays en avoir l’expérience », a-t-il dit, ajoutant qu’une montagne de données positives sur le vaccin d’AstraZeneca existe en provenance du Royaume-Uni, en plus des données sur la grande efficacité de Pfizer en provenance d’Israël.

QUEL TYPE DE TECHNOLOGIE EST UTILISÉ POUR CE VACCIN?

Contrairement à l’ARNm utilisé dans les produits de Pfizer et Moderna, Johnson & Johnson est un vaccin à vecteur viral non réplicatif semblable à celui d’AstraZeneca. Cela signifie qu’il utilise un virus inoffensif différent, qui ne peut pas se reproduire, comme vecteur pour donner à nos cellules les instructions dont elles ont besoin pour fabriquer la protéine de pointe du coronavirus. Le système immunitaire reconnaît la protéine et fabrique des anticorps, qui nous permettent ensuite de repousser les attaques si elles sont exposées à l’avenir.

Le professeur Khan dit qu’il faut quelques semaines au corps pour développer une immunité avec l’un des vaccins, mais que les personnes qui reçoivent celui de Johnson & Johnson devraient particulièrement en prendre note. « Oui, c’est une dose, donc les gens pourraient dire « c’est fait, nous sommes prêts », mais vous devez toujours vous donner le strict minimum de deux semaines », a-t-il déclaré. « Idéalement, accordez-vous un mois, et vous aurez alors un niveau de protection plus élevé. »

Crédit photo: In this photo illustration a close-up of a hand holding a medical syringe in front of the Johnson and Johnson logo. (Photo Illustration by Thiago Prudêncio/SOPA Images/LightRocket via Getty Images).