Campagne de vaccination: un été à une dose, un automne à deux doses, dit Justin Trudeau

Les Canadiens peuvent espérer avoir un été plus « normal » où ils pourront voir leurs êtres chers et inviter leurs amis pour un barbecue.

Le premier ministre Justin Trudeau a fait miroiter ce scénario estival tant espéré et attendu lors d’une conférence de presse, mardi, tout en réitérant qu’il verra le jour à deux conditions. D’abord, les restrictions sanitaires devront rester en place jusqu’à ce que le nombre de cas diminue. Ensuite, les Canadiens devront avoir au moins une dose de vaccin dans le bras. M. Trudeau dit que « si nous faisons cela, nous pourrons avoir un meilleur été, un été plus normal ». Et un « été à une dose » mènera à un « automne à deux doses », quand les Canadiens pourront commencer à penser à retourner à l’école ou au travail, bref, à un semblant de normalité, a insisté le premier ministre. « Mais tout le monde doit faire sa part », a-t-il réitéré.

« Notre responsabilité, du côté du fédéral, c’est de livrer le plus de vaccins possible. C’est pour ça qu’on parle d’un peu plus de 50 millions de doses qui seront arrivées au Canada pour la fin juin et assez de doses pour que tous les Canadiens soient vaccinés complètement pour septembre », a-t-il soutenu. Il faudra ensuite que les Canadiens s’inscrivent. « C’est une chose d’offrir le vaccin, mais c’est aussi quelque chose à suivre, l’acceptation du vaccin », a fait valoir le Dr Howard Njoo, sous-administrateur en chef de l’Agence de la santé publique du Canada. Le scénario maintes fois répété par Ottawa, c’est-à-dire que tous les Canadiens seront vaccinés avant la fin septembre, tient donc toujours pour le moment, selon Dominic LeBlanc, président du comité du cabinet chargé de la réponse fédérale à la COVID-19.

« Évidemment, si les Canadiens s’inscrivent dans la mesure du possible, il est peut-être probable qu’au début de septembre, (…) tous les Canadiens seront pleinement vaccinés, mais nous avons la certitude d’avoir les vaccins pour que tout cela soit en place avant la fin septembre », a-t-il dit. Les administrateurs de la santé publique du Canada conseillent de commencer à lever les restrictions sanitaires lorsque 75 % des Canadiens auront reçu leur première dose et 20 % auront reçu leurs deux doses. La décision finale reviendra cependant aux provinces et aux territoires. La Saskatchewan, première province à annoncer son plan de déconfinement, s’est plutôt fiée à un seuil de vaccination de 70 % pour les citoyens âgés de 40 ans et plus pour amorcer la première étape. Le Québec, de son côté, a promis d’annoncer sous peu un plan de déconfinement « empreint d’espoir ».

D’autres provinces, comme l’Ontario et l’Alberta, en sont toujours à tenter de contrôler leur troisième vague de COVID-19.

Crédit photo: La Presse canadienne, Sean Kilpatrick.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle