COVID-19: la réaction inflammatoire exagérée est mieux comprise chez l’enfant

La réaction inflammatoire exagérée qui se produit chez certains enfants infectés par le coronavirus est possiblement attribuable à une réponse immunitaire particulière, croient des chercheurs de l’Université Yale.

Le syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant peut être traité s’il est pris à temps, mais il peut autrement se révéler mortel. Les chercheurs ont constaté chez les enfants souffrant de ce syndrome des niveaux plus élevés d’alarmines, une composante du système immunitaire inné qui répond d’emblée à toutes les infections. Cette réaction immunitaire pourrait déraper dans certains cas et contribuer au problème inflammatoire. De plus, une réponse immunitaire subséquente semble endommager les tissus sains de ces enfants, les rendant plus susceptibles d’être attaqués par les anticorps. « L’importance que ça a, c’est que ça peut aider parfois à donner certains traitements qui sont plus ciblés, surtout dans les traitements anti-inflammatoires, a dit le docteur Olivier Drouin, qui est pédiatre au CHU Sainte-Justine.

« Il existe des médicaments qui vont aller bloquer spécifiquement certaines (molécules) et pas d’autres, c’est-à-dire qu’on ne fait pas seulement arrêter complètement l’inflammation, on arrête une composante du système inflammatoire. » L’utilisation d’un médicament qui bloquerait uniquement la composante problématique du système inflammatoire augmenterait les chances de succès et réduirait les effets secondaires indésirables, a-t-il ajouté. Certains enfants frappés par cette réaction immunitaire exagérée ont parfois dû être hospitalisés à l’unité des soins intensifs. « La bonne nouvelle, c’est que les patients semblent s’améliorer une fois que cette tempête (…) rentre dans l’ordre », a dit le docteur Drouin. La découverte des chercheurs américains pourrait également avoir des répercussions positives chez les adultes, qui sont eux aussi parfois victimes d’une réaction immunitaire exagérée lors d’une infection par la COVID-19.

Les conclusions de cette étude ont été publiées par le journal médical Immunity.

Crédit photo: La Presse canadienne, Paul Chiasson.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle