Tokyo n’a pas tranché s’il y aura ou pas du public dans les gradins aux Jeux olympiques

La question d’autoriser des spectateurs sur les sites olympiques de Tokyo fait toujours l’objet d’un débat avec une décision qui ne devrait pas être annoncée avant la fin du mois.

Ce ne serait que quelques semaines avant l’ouverture des Jeux olympiques, le 23 juillet. Les spectateurs de l’étranger ont déjà été interdits dans ce qui s’annonce comme des Jeux olympiques largement conçus pour la télévision. Tokyo et plusieurs préfectures sont en état d’urgence jusqu’au 20 juin. Les infections ont ralenti récemment, mais la propagation des variants reste une préoccupation qui pourrait faire pression sur des établissements médicaux déjà fortement sollicités. Le Dr Nobuhiko Okabe, directeur général de l’Institut de santé publique de la ville de Kawasaki, a suggéré qu’il pencherait pour quelques spectateurs. Il a pris la parole lors d’un panel mis en place par le comité organisateur des Jeux olympiques de Tokyo. « En pensant différemment, je pense que c’est une option à suggérer aux gens d’apprécier les jeux à la télévision, comme le télétravail », a-t-il déclaré.

Okabe a ajouté qu’il n’était pas seulement question de la présence des spectateurs dans les stades, mais de ce qu’ils font après leur départ _ se diriger vers les bars ou les restaurants. « Nous ne voulons pas que les gens se déplacent beaucoup, a-t-il insisté. C’est notre souhait alors que nous réfléchissons aux mesures antivirus. » La présidente du comité d’organisation, Seiko Hashimoto, avait initialement prévu qu’elle annoncerait une décision en avril concernant les spectateurs locaux, mais l’a reportée à plusieurs reprises. La vente des billets devaient générer des revenus de 800 millions $ US pour le comité organisateur. Une grande partie sera perdue et doit être compensée par des différents paliers gouvernementales japonais. Le Japon dépense officiellement 15,4 milliards $ US pour organiser les Jeux olympiques, bien que les vérifications gouvernementales suggèrent que le chiffre est beaucoup plus élevé. Tout sauf 6,7 milliards $ est de l’argent public.

Le Comité international olympique tire près de 75 % de ses revenus de la vente de droits de diffusion, ce qui motive la tenue des jeux et l’urgence de les organiser pendant une pandémie. Le journal japonais JiJi Press a rapporté vendredi, sans citer de sources, que le Dr Shigeru Omi publierait la semaine prochaine un rapport qui met en garde contre les risques d’avoir des spectateurs. Il s’agit de l’ancien directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé et chef d’un groupe de travail gouvernemental sur le virus. S’exprimant lors d’une session parlementaire la semaine dernière, il a averti « qu’il est crucial que nous ne laissions pas les Jeux olympiques déclencher un flux de personnes. » Hashimoto a averti qu’il pourrait y avoir des sanctions pour quiconque enfreint les règles strictes autour des Jeux de Tokyo. Elle n’a pas donné de détail et a dit que c’était toujours en discussion.

Le protocole pour toute personne entrant au Japon pour les Jeux olympiques nécessite des tests fréquents, des déplacements limités et une surveillance par GPS sur leur téléphone intelligent. Cela touche tout le monde, des athlètes aux journalistes en passant par le personnel et les autres officiels travaillant aux jeux. Environ 11 000 athlètes participeront aux Jeux olympiques et 4400 aux Jeux paralympiques. Des dizaines de milliers d’autres entreront également au Japon pour les deux événements. Les organisateurs indiquent que le chiffre total pour les deux événements _ athlètes inclus _ est d’environ 93 000. Les organisateurs disent que cela représente environ la moitié du total initial attendu de 180 000. « Afin que les citoyens japonais se sentent en sécurité, il y a des règles rigides que nous devons établir, a mentionné Hashimoto. Nous aimerions éviter d’avoir à pénaliser les gens, mais nous devons prendre des mesures rigoureuses. »

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle