Des salles de spectacles américaines boudent le vaccin d’AstraZeneca anti-COVID

David Screech avait déjà sélectionné ses sièges et inscrit ses informations de carte de crédit pour obtenir des billets pour le spectacle « Springsteen on Broadway » lorsqu’il a remarqué les exigences de vaccination contre la COVID-19 : ses deux doses du vaccin d’Oxford-AstraZeneca ne lui permettraient pas l’admission.

M. Screech, maire de View Royal, en Colombie-Britannique, et admirateur de Springsteen depuis 40 ans, a reçu sa deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca la semaine dernière, mais le site web de Jujamcyn Theatres indique qu’il n’autoriserait que les spectateurs « entièrement vaccinés avec un vaccin approuvé par la FDA », soit les produits de Pfizer-BioNTech, Moderna ou Johnson & Johnson. Les dirigeants de la salle new-yorkaise sont demeurés fermes lorsque M. Screech les a contactés directement pour poser des questions sur l’exigence, transformant son enthousiasme envers le spectacle en déception. Bien qu’il soit « très reconnaissant » d’avoir reçu deux doses d’un vaccin efficace, M. Screech a déclaré qu’il avait déjà des réserves au sujet d’AstraZeneca, et que la décision de Broadway « a certainement ajouté à cela ».

« Évidemment, notre santé est bien plus importante que de pouvoir assister à des spectacles ou à des concerts. Mais le revers de la médaille est que les spectacles et les concerts ont été une partie importante de ma vie », a expliqué M. Screech. « Et l’idée de ne pas pouvoir y aller dans un avenir prévisible parce que j’ai peut-être reçu le mauvais vaccin est un peu décevante. » « Springsteen on Broadway » n’est pas la seule attraction de New York à afficher des règles de vaccination strictes. Les enregistrements en direct d’émissions télévisées telles que « Saturday Night Live » et « The Late Show with Stephen Colbert » boudent également le vaccin d’AstraZeneca dans les règles répertoriées sur leurs sites web, qui indiquent qu’ils agissent « en conformité avec les directives de l’État de New York ».

Les Islanders de New York, actuellement en séries éliminatoires de la LNH contre le Lightning de Tampa Bay, ne semblent pas avoir les mêmes restrictions. Alors que le site web de l’équipe indique que les partisans ont besoin d’une preuve de vaccination « conformément aux directives de l’État de New York », l’aréna propose également des « sections pour personnes non vaccinées ». Les bureaux du gouverneur de New York Andrew Cuomo, du département de la Santé de l’État de New York et de Jujamcyn Theaters n’ont pas immédiatement répondu à des demandes de commentaires. Le Dr Zain Chagla, spécialiste des maladies infectieuses à Hamilton, n’a pas été surpris de voir les établissements commencer à adopter des passeports vaccinaux. Mais bloquer les personnes vaccinées avec AstraZeneca d’un spectacle de Springsteen lui a semblé particulièrement cruel.

« S’il y a quelque chose de douloureux que vous pouvez faire à la génération X, c’est bien ça », a déclaré le Dr Chagla en riant. Les exigences potentielles en matière de vaccins pour les voyageurs pourraient devenir encore plus délicates si d’autres pays commençaient à établir des règles basées sur leurs propres injections autorisées, a-t-il ajouté. Un sentiment de nationalisme vaccinal pourrait amener certains à insister sur le fait que leurs produits autorisés sont la norme à suivre, a-t-il ajouté, notant que le vaccin de Johnson & Johnson, qui a été créé avec la même technologie de vecteur viral que celui d’AstraZeneca, a été légèrement moins efficace dans les essais cliniques. « Ce n’est qu’une ligne très arbitraire, basée sur ce que la FDA a approuvé, (sans) reconnaître qu’AstraZeneca est approuvé par de nombreuses autres organisations de soins de santé dans le monde », a déclaré le Dr Chagla.

« Les industries privées ont le droit de faire ce qu’elles veulent, mais en même temps, nous devons avoir des discussions plus larges sur ce qui est considéré comme une personne entièrement immunisée et avec quels vaccins. » La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, a noté jeudi que « nous en sommes aux premiers jours de la reprise des voyages ». Elle a exhorté les Canadiens à examiner attentivement les exigences des autres pays et à se préparer à des règles changeantes. La Dre Tam a déclaré que les discussions mondiales pourraient aider le monde « à arriver à un point où nous pouvons accepter les données des uns et des autres (…) et envisager une voie à suivre qui facilite la vie et aide les voyageurs, s’ils ont également été vaccinés ».

Le Dr Chagla a déclaré que les Canadiens immunisés avec le vaccin d’AstraZeneca pourraient ne pas être confrontés aux mêmes problèmes en Europe en raison de l’utilisation généralisée de ce vaccin là-bas, mais il s’attend à ce que davantage d’États américains adoptent les exigences de vaccins approuvés par la FDA. Cela pourrait signifier plus d’incertitude pour certaines personnes qui ont reçu le produit d’AstraZeneca et qui prévoient voyager aux États-Unis une fois la frontière rouverte, a-t-il souligné. Environ deux millions de Canadiens ont reçu une injection d’AstraZeneca. Le Dr Chagla a appelé les dirigeants mondiaux à établir une « référence » des besoins potentiels en vaccins et à donner aux gens confiance en leur injection. « Vous voulez vraiment que les gens sentent qu’ils prennent la bonne décision, qu’ils ne feront pas face à de la discrimination et qu’ils auront accès à tout ce qu’une personne vaccinée aura droit », a-t-il déclaré.

Andria Bianchi, bioéthicienne et professeure adjointe à l’école de santé publique de l’Université de Toronto, s’est interrogée sur la justification de la règle vaccinale pour le spectacle de Broadway. Si l’objectif est de s’assurer que personne avec la COVID-19 n’entre dans le bâtiment, se fier strictement aux passeports vaccinaux autorisés par la FDA n’est pas le seul moyen d’y parvenir. « J’espère que lorsqu’un endroit élabore des politiques ou met en place des restrictions, qu’elles sont très bien pensées et que toutes les options possibles sont explorées », a dit Mme Bianchi. « J’imagine que beaucoup de personnes ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca seront frustrées et ressentiront peut-être un sentiment d’injustice. » M. Screech a déclaré qu’il espérait que la règle pour « Springsteen on Broadway » changerait afin de refléter qu’AstraZeneca offre une protection solide contre la COVID-19.

« Mais il y a certainement de la déception et un peu d’inquiétude quant à ce que cela signifie pour (d’autres) salles américaines dans l’avenir. »

Crédit photo: Acadie Nouvelle/Jean-François Boisvert.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle