OMS: recul de la pandémie de COVID-19 partout sauf dans les Amériques et en Afrique

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus signalés dans le monde a continué de baisser, sauf dans les Amériques et en Afrique, a déclaré l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans sa dernière évaluation de la pandémie.

Dans son rapport hebdomadaire sur la pandémie publié mercredi soir, l’agence de santé des Nations unies a déclaré qu’environ 3,5 millions de nouveaux cas et plus de 25 000 décès ont été signalés dans le monde, ce qui représente respectivement des baisses de 12 % et 25 %. La tendance à la baisse des infections signalées a commencé en mars, bien que de nombreux pays aient démantelé leurs programmes de dépistage et de surveillance généralisés, ce qui rend extrêmement difficile un décompte précis des cas. L’OMS a déclaré qu’il n’y avait que deux régions où les infections à COVID-19 signalées avaient augmenté : les Amériques, de 14 %, et l’Afrique, de 12 %. Les cas sont restés stables dans le Pacifique occidental et ont chuté partout ailleurs, a indiqué l’agence.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a averti lors d’un point de presse cette semaine que « l’augmentation des cas dans plus de 50 pays met en évidence la volatilité de ce virus ». M. Tedros a déclaré que les variants de la COVID-19, y compris les versions mutées du variant hautement infectieux Omicron, entraînent une résurgence de la COVID-19 dans plusieurs pays, dont l’Afrique du Sud, qui a été la première à identifier Omicron en novembre. Il a ajouté que des taux relativement élevés d’immunité de la population prévenaient une augmentation des hospitalisations et des décès, mais a prévenu que « cela n’est pas garanti pour les endroits où les niveaux de vaccination sont faibles ». Environ 16 % seulement des habitants des pays les plus pauvres ont été vaccinés contre la COVID-19.

Le rapport de l’OMS a noté que certains des plus grands bonds dans les cas de COVID-19 ont été observés en Chine, qui a connu une augmentation de 145 % la semaine dernière. Plus tôt cette semaine, les autorités chinoises ont rehaussé les restrictions sanitaires à Shanghai après une brève période d’assouplissement. Cette décision a frustré les résidants qui espéraient qu’un confinement de plus d’un mois s’atténuerait enfin après des plaintes de pénuries alimentaires et de quarantaines où certaines personnes ont été forcées de rendre les clés de leur maison.

M. Tedros a déclaré mardi qu’il ne pensait pas que la stratégie « zéro-COVID » de la Chine était durable, « compte tenu du comportement actuel du virus et de ce que nous prévoyons pour l’avenir ». Jeudi, la Corée du Nord a annoncé sa première éclosion de coronavirus et a imposé un confinement à l’échelle nationale. La taille de l’éclosion n’était pas connue dans l’immédiat, mais elle pourrait avoir de graves conséquences, car le pays a un système de santé médiocre et ses 26 millions d’habitants seraient pour la plupart non vaccinés.

Crédit photo: THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle