Une étude en Colombie-Britannique estime que 80 % des enfants ont eu la COVID-19

Une nouvelle étude estime qu’entre 70 et 80 % des enfants de la région de Vancouver et de la vallée du Fraser, en Colombie-Britannique, ont contracté la COVID-19.

En comparaison, le taux de personnes infectées serait de 60 à 70 % chez les adultes de 20 à 59 ans et d’environ 40 % pour les 60 ans et plus, selon l’étude rédigée par 13 auteurs, dont la médecin-hygiéniste en chef de la province, la Dre Bonnie Henry. L’étude préliminaire, qui n’a toujours pas été révisée par des pairs, a été publiée en ligne le 9 septembre. Elle révèle aussi que le nombre d’infections pourrait être 92 fois supérieur à ce qui a été déclaré publiquement dans les bilans quotidiens. Certains intervenants soulignent toutefois que ces résultats montrent que les craintes liées à l’absence de mesures dans les écoles, comme le port du masque, étaient fondées.

La Dre Lyne Filiatrault, qui s’exprimait au nom d’un groupe de professionnels de la santé, de scientifiques et d’autres acteurs qui disaient vouloir des mesures sanitaires fondées sur des preuves scientifiques, a fait remarquer que l’étude montre qu’un bond important des infections s’est produit pendant l’année scolaire chez les enfants de moins de 10 ans. « Cette étude démontre la manière dont les enfants ont été infectés et confirme que nous avons trompé les parents en leur faisant croire que les écoles étaient sécuritaires », a dénoncé Mme Filiatrault mardi, ajoutant que la propagation du virus dans les garderies a aussi été une source d’inquiétude pour les parents.

Le taux global de personnes infectées a bondi de 15 à 60 % entre octobre 2021 et le mois d’août, soit la période où le variant Omicron s’est mis à circuler dans la population. L’étude est basée sur 14 000 échantillons anonymes de sang qui ont été récoltés depuis mars 2020 par un réseau de laboratoires externes. Les auteurs soulignent qu’une immunité hybride plus élevée s’est développée en raison de la forte transmission du virus et de la vaccination. Or, Mme Filiatrault a souligné que les nombreuses infections ont aussi mené à plusieurs cas de COVID longue, où les patients conservent des symptômes de la maladie pendant plusieurs semaines.

Elle a estimé qu’il y avait eu un manque de reconnaissance de la part des auteurs de la lourde charge pour le réseau de la santé qu’ajoute la COVID longue chez les enfants, ainsi que sur les parents qui ont pu être infectés par des jeunes, notamment en raison de l’absence de mesures dans les écoles. Selon Mme Filiatrault, il n’était pas exact de dire que la COVID-19 se transmettait principalement dans la communauté, et non dans les écoles. « Cette étude expose clairement ce qui s’est passé dans cette province, et elle est extrêmement accablante », a-t-elle laissé tomber, ajoutant que les masques devraient être obligatoires dans les écoles.

« Si nous ne changeons rien, nous sommes sur une trajectoire dangereuse. »

Crédit photo: Archives.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle