Nos pensées façonnent qui nous sommes. Nous sommes nos pensées. Ces pensées prennent la forme de croyances: «Je ne suis pas beau…» ou plutôt «Je suis unique!» Leur pouvoir est donc illimité. La bonne nouvelle est que nous pouvons les changer – si nous arrivons à les identifier. Même si de nombreuses pensées sont subconscientes, nous pouvons prendre conscience de celles-ci en détectant l’idée qui nous vient en tête juste avant d’éprouver une émotion ou d’exécuter une action.

Certaines de nos pensées proviennent de notre famille, notre communauté, notre religion, notre culture et nos rites. De plus en plus toutefois, nous empruntons beaucoup de croyances des médias, notamment, des messages publicitaires. Si quelques rarissimes messages sont vertueux, la plupart nous envoient de la propagande pour nous convaincre que nous devrions avoir confiance en leurs idées, que sans leurs produits (ou services), nous demeurerons insatisfaits, peu épanouis. Ces messages publicitaires, expertement manigancés, nous poussent à mettre notre confiance en soi de côté afin de croire que nous avons besoin de ce qu’ils offrent.

La publicité promeut les raccourcis et la satisfaction immédiate. Qu’advient-il alors de notre patience, une vertu essentielle? Se fier aveuglement à leurs étiquettes et slogans, formulés pour que nous nous sentions bien avec ceux-ci, c’est nous leurrer. Nous sommes incités à combler des lacunes intérieures en comblant des désirs extérieurs – ce qui manifestement mène à de constantes déceptions. Plus nous adhérons à leurs promesses, plus nous devenons esclaves des publicitaires. Nourrir nos croyances nuisibles devient un jeu d’enfant.

Publicité et croyances

Je présente quelques exemples de messages publicitaires et les croyances nuisibles que nous risquons d’adopter si nous ne sommes pas à l’affût. Rappelez-vous que les publicitaires sont astucieux et nos croyances, subtiles. Si subtiles que, souvent, nous ne nous rendons pas compte que nous les  adoptons.

• Une crème antirides qui agit en moins de 10 jours. Jeunesse = joie?  L’âge mûr est négatif?

• Un désinfectant pour les mains qui tuent 99,99% des microbes. Je dois tout le temps me protéger des microbes? Même des bons microbes?

• Un médicament qui vient «régler» nos problèmes digestifs. Une autre réponse ultrarapide à mes problèmes = la panacée?

• Du parfum utilisé par un homme au corps sculpté au couteau. Ho! Je dois avoir des abdominaux en «tablette de chocolat» pour attirer une femme?

• Des sabres laser pour les petits garçons, des poupées au palais de diamants pour les petites filles. Les intérêts des enfants sont déterminés par leur sexe?

• Une police d’assurance qui «protège» même votre animal. Il arrive tant d’imprévus que, sans une meilleure couverture, je devrais être inquiet?

• Un vêtement avec un gros logo de nom de marque stratégiquement porté par une célébrité. Sans ce nom de marque, je serai ordinaire et rejeté?

• Disney World, l’endroit «le plus joyeux sur Terre». L’enfance de mon fils sera médiocre sans ce voyage magique?

• De la pornographie sur internet disponible à tous, en tout temps, à tout âge. Comparée aux images qui sont apparues sur mon écran, ma vie sexuelle est déplorable?

Penser pour soi

Wayne Dyer écrit sur l’importance de faire confiance à ses signaux intérieurs et non extérieurs (tels que des messages publicitaires).

«Je crois fermement que plus nous pouvons prendre de décisions basées sur nos signaux intérieurs et plus nous apprenons à ignorer ces pressions extérieures qui tentent constamment de nous manipuler ou de nous immobiliser, meilleures seront nos vies. La culture bénéficiera dans son ensemble d’avoir pour dirigeants et citoyens des gens forts et dirigés de l’intérieur.»¹

Nous n’avons pas à nous identifier à ce que nous proposent les campagnes publicitaires, tant s’en faut. Nous pouvons nous identifier à la vie que nous voulons mener et entretenir des pensées qui nourrissent celle-ci. Ravitaillons-nous en pensées authentiques! (J’invite respectueusement vos partages et questions.)

¹Dyer, W. (2010). Un pouvoir sans limite (traduit par D. Chichera). Varennes (Qc): Éditions AdA, p.315.

Défi de la semaine

Décortiquez tous les messages publicitaires que vous voyez (ou entendez) en remettant en question les messages qu’ils veulent désespérément véhiculer. Les messages deviendront souvent, malgré eux, des plaisanteries. Amusez- vous! Choisissez ensuite de formuler vos propres pensées, selon vos signaux intérieurs.