«J’accepte les personnes qui sont homosexuelles (ou bisexuelles) et je respecte leur choix.» Ce genre de phrase révèle parfois une sincère bienveillance. Mais la prudence est de mise. Il y a parfois un air de supériorité – souvent inconscient – qui sous-tend ce genre de commentaire.

Le Canada est progressiste au niveau des droits des minorités sexuelles et de belles avancées ont été faites pour supprimer la discrimination. En effet, l’homosexualité est plus visible qu’autrefois. La société commence à délaisser ses appréhensions puisque l’on craint moins ce que l’on connaît. En apparence, il y a de moins en moins de propos homophobes, c’est-à-dire, des propos haineux (nourries par la peur) envers les homosexuels. Mais, a-t-on troqué l’homophobie pour l’hétérosexisme?

Hétérosexisme

L’hétérosexisme, hélas, semble battre son plein. En bref, l’hétérosexisme suppose (ou préjuge) que l’hétérosexuel est supérieur (à l’homosexuel ou au bisexuel). Cette arrière-pensée, souvent subtile, peut faire des ravages, car elle sous-entend que les personnes homosexuelles sont un peu moins dignes de respect et d’acceptation. Ce n’est pas rien! Ces croyances sous-entendues privilégient l’hétérosexualité, souvent à notre insu, et favorisent ainsi l’oppression et l’intolérance.

Intolérant ou accueillant?

Godard décrit l’intolérance ainsi: «Ce sont aussi de petits gestes quotidiens, des phrases sans importance particulière, des remarques faites en passant, qui vont dans le sens du rejet d’autrui. L’intolérance peut être, hélas, très ordinaire. Elle est alors plus insidieuse. Ce n’est surtout pas une raison pour ne pas y faire attention ou pour faire semblant de n’avoir rien vu, rien entendu…»

Si nous osons nous afficher comme une société accueillante à l’endroit des homosexuels, chacun de nous a le devoir et le privilège de faire des efforts afin que l’égalité soit atteinte et que l’acceptation (totale et inconditionnelle) soit la règle.

Prendre conscience

Il s’agit d’abord de prendre conscience de son hétérosexisme insidieux. Au lieu de dire «Je suis très ouvert alors cela ne me concerne pas…», on peut creuser la question un peu plus loin. Quelle que soit l’attitude, la doctrine ou l’idéologie – capitalisme, sexisme, catholicisme, épicurisme – elle peut s’avérer difficile à identifier, même pour la personne ou l’organisme porteurs. Pourtant, celles-ci favorisent certains groupes ou systèmes de pensée.

On n’est pas assujetti à la perpétuation de l’hétérosexisme individuel, institutionnel ou systémique. Chacun a le droit de se sentir bien avec qui il est et d’avoir une place digne et juste dans la société.

J’ouvre franchement les yeux. Je tente de prendre conscience de tout « –isme » en moi afin de prendre une décision éclairée de les maintenir ou de m’en défaire. Avec les yeux bien ouverts, je rêve d’une société qui, face à cette réalité, passe de l’homophobie… à l’hétérosexisme… à l’humanisme.

Merci à celles qui m’ont suggéré ce thème et bravo au conseil municipal de Bathurst pour la création d’un passage pour piétons arc-en-ciel (couleurs de la communauté LGBTQ).

Laissons tomber nos subtils préjugés!

(J’invite respectueusement vos partages et questions.)

¹Godard, P. (2009). Faire face aux intolérances. Paris: De la Martinière, p.8.

Défi de la semaine

Lorsque vous entendez un commentaire ou une blague à connotation hétérosexiste, ayez le courage de les contester. L’intolérance n’a pas à être acceptée par le silence.