Mieux-être: Les troubles déficitaires de l’attention chez les adultes

Mélanie CôtéStyle de vie

Cette semaine, je vous parle de troubles déficitaires de l’attention (TDA), chez les adultes. Il existe aussi le TDAH qui inclut la composante de l’hyperactivité. Je n’aborde pas les diagnostics ni les traitements pharmacologiques, mais plutôt les défis et les pistes de solutions à long terme, dans une perspective psychosociale.

Le contenu de cette chronique provient de mes expériences professionnelles et personnelles ainsi que des écrits du Dr Gabor Maté (dans son ouvrage à ce sujet).

M. Maté, qui vit avec des TDA, élucide sa compréhension du trouble: «L’esprit de l’adulte avec des TDA n’est jamais en repos, volant comme un oiseau déréglé qui peut apparaître ici et là pendant un certain temps, mais qui ne se pose jamais assez longtemps pour s’installer.»¹
Même si plusieurs chercheurs identifient la source des TDA comme un trouble génétique héréditaire, Maté énonce que, malgré cette prédisposition, l’environnement demeure un facteur bien plus déterminant.

Selon l’auteur, la perspective de guérir – ou plus précisément, de développer des facettes de soi au point de se sentir beaucoup mieux – est bonne. Ce message est porteur d’espoir et favorise le pouvoir d’agir.

Commentaires fréquents

Voici des commentaires fréquents que j’entends de personnes vivant avec des TDA:
«Je ne peux pas croire que j’ai fait ça! Ce n’est pas du tout ce que je voulais faire!»
Avec des TDA, la personne peut être impulsive. Elle ne considère pas promptement les conséquences à long terme de ses paroles ou de ses gestes et ainsi se met les pieds dans les plats.

«J’éprouve de la difficulté à planifier des étapes et à m’organiser. Il manque d’ordre dans ma vie. »
Avec des TDA, la personne vit souvent dans un tourbillon, intérieur et extérieur.

«Je passe d’un projet à l’autre sans en achever aucun.»
Avec des TDA, le niveau d’activité (mentale ou physique) de la personne peut être intense. En outre, son estime de soi risque d’être basse, la peur du rejet est présente et la peur de l’échec, forte; cela diminue la motivation et la volonté d’avancer.

«Eh… Oui, oui. J’ai compris. C’est clair…» (Mais sa communication non verbale révèle qu’il a perdu le fil, n’a pas saisi ce que l’on vient de lui dire, mais n’ose pas faire répéter l’autre – encore une fois.)
Avec des TDA, la personne peut faire preuve d’une grande capacité de concentration lorsqu’elle se voue à quelque chose qui l’intéresse. Cependant, lorsqu’il s’agit d’un thème moins passionnant (à cet instant là du moins), son esprit se met à vagabonder spontanément.

«Ah non! J’ai oublié de préparer mon dîner et je suis encore en retard. Et… où sont mes clés?!»
Avec un TDA, la notion du temps de la personne est singulière; bien entendu, sa notion ne convient pas à tout le monde.
Certes, plusieurs gens (et je m’inclue) peuvent se reconnaitre ici et là. Or, pour ceux qui ont des TDA, c’est toujours la même histoire et ces moments leur occasionnent énormément d’ennuis.

Pistes de solutions durables

Le développement de soi – incluant le renforcement de l’autodiscipline, de l’estime de soi et du sens de soi – sont des solutions à préconiser. Dr Gabor Maté conseille particulièrement de:

  • Rechercher la compréhension de soi (avec curiosité et compassion)
  • S’accepter et révéler son véritable soi
  • Respecter son propre rythme sur le chemin de son développement
  • Choisir un guide (conseiller) afin d’être accompagné dans le processus.
  • L’auteur suggère aussi certaines conditions de vie pour faciliter ce travail de développement de soi:
  • Espace physique ordonné
  • Bonne hygiène du sommeil
  • Diète saine
  • Exercice physique
  • Contact régulier avec la nature
  • Horaire peu chargé
  • Activités récréatives enrichissantes
  • Expression créatrice
  • Méditation et réflexion.

Faisons montre de patience!
J’invite respectueusement vos partages et questions. n

¹Maté, G. (2005). L’esprit dispersé. Montréal: Les Éditions de l’Homme, p.20.

 

Défi de la semaine

Si vous (ou un membre de votre famille) avez un TDA, observez si votre style de vie est bousculé. Le rythme effréné de notre société est propice aux TDA. Au besoin, apportez un changement à votre rythme.