Mieux-être: Se tourner et se retourner

Mélanie CôtéStyle de vie

«Le sommeil, c’est comme un chat, il ne vient vous voir que si vous l’ignorez.» – Gillian Flynn

Il est 2h38. Je me lève pour aller border mon fils qui a froid. Au retour vers ma chambre, je suis inquiète, pensant: «J’ai peur d’avoir de la difficulté à me rendormir». Je me recouche. Je remue mon oreiller. Celui-ci me semble plus plat que d’habitude. Les pensées envahissent mon esprit comme les moustiques envahissent ma cour en juin. «Il ne faut pas que j’oublie de signer le devoir de ma fille…» Je me retourne.

«Ah! C’est la collecte des ordures demain matin…» Je me trémousse un peu. «J’aurai l’air fatigué lors de ma présentation…» J’ouvre un œil.

«Non, c’est plutôt le bac de recyclage…» Je referme l’œil. Le réveil scande mollement mon nom: je cède et je vérifie l’heure, de nouveau. C’est vain, bien sûr, mais je ne peux résister. Argh!

L’ironie du sort veut que je m’assoupisse aisément lorsque je dois rester alerte. Lorsque je suis en formation, par exemple, même si je pense: «Je ne dois pas dormir», c’est une cause perdue. Attendez un peu! Je pense que c’est à cause que je pense: «Je ne dois pas dormir.» Je constate que mes pensées sont décisives. J’arrête donc de fixer mon attention sur ce que je ne désire pas.

Dorénavant, j’aurai confiance en l’intelligence de mon corps et en l’habileté de celui-ci à faire ce qu’il a à faire. Lorsque je me (re)coucherai, je me dirai: «Je repose mon corps. Je repose ma tête. Je repose mon esprit. Que cela me fait du bien!» Je ferai le choix de croire que je serai reposée le lendemain. Voilà un bon point de départ.

Suggestions

Voici quelques conseils qui peuvent favoriser un bon sommeil, à pratiquer à l’heure du coucher: boire une tisane, lâcher prise des tâches inachevées, adopter des heures régulières de sommeil, mettre sur papier ce que l’on a en tête (afin de s’en détacher), éviter les écrans. De plus, ces recommandations varient d’un individu à l’autre. À titre d’exemple, certains déconseillent la lecture au lit. Ce «conseil» sonne plutôt comme un supplice pour moi. D’autres diront que l’exercice physique pratiquée durant la journée leur assure une bonne nuit de sommeil. Je conviens que ce point de vue rejoint mon expérience personnelle.

Bien que ces listes de conseils abondent, on doit d’abord s’assurer de bien gérer son stress quotidien et de transformer ses pensées au besoin. Il s’agit aussi de trouver une routine agréable adaptée à soi qui donne envie de se coucher et de croire que la nuit se déroulera bien.

Songe éveillé

Selon Deepak Chopra, pionnier de la médecine intégrative, nous devons regarder ce qui se passe dans notre vie éveillée afin de comprendre nos difficultés à nous endormir. Si nous avons de sérieux plans inachevés (contacter un vieil ami, régler un conflit de famille, poursuivre notre rêve de suivre un cours), nous pouvons faire le choix de réorienter notre vie. Tranquillement, notre vie éveillée s’améliorera: notre sommeil emboîtera la pas.¹ Affrontons nos nuits avec calme et courage!

J’invite respectueusement vos partages et questions.

¹ Chopra, D. (1994). Restful Sleep. New York: Crown Trade Paperbacks.

Défi de la semaine
Lorsque vous vous couchez, appréciez le moment de profond repos qui se présente à vous. Respirez profondément par le nez. Concentrez-vous sur vos respirations. Diminuez l’activité mentale: la nuit n’est pas le moment pour être alerte. Concentrez-vous purement sur vos inspirations, vos expirations, les sensations de votre corps et votre état de détente.