Notre société industrielle, notamment l’Amérique du Nord, génère une quantité inimaginable de déchets. Partant de ce fait, un mouvement appelé «Zéro déchet» a été créé et il fait son chemin, honorablement, à travers le monde (même s’il tarde à être bien reconnu dans notre coin de pays).

Le nom de ce mouvement éthique et visionnaire parle de lui-même: le concept est de générer le moins de déchets possible en réduisant sa consommation et en favorisant la réutilisation.

Coup d’œil au Zéro déchet dans la vie de tous les jours

Voici des exemples de changements que j’ai effectués dans ma vie afin de réduire la quantité de déchets que ma famille (de cinq avec trois enfants) générait:

  • Essuie-tout, serviettes de table: éliminés. J’utilise des chiffons, c’est-à-dire, des bouts de vieux linge et des serviettes en tissu.
  • Vaisselle jetable: éliminée. Je transporte ma gourde d’eau. Lorsque nous allons au restaurant, j’apporte un contenant en vitre pour récupérer les restes. Lorsque nous allons à un souper spaghetti ou à un déjeuner à la cabane à sucre, j’apporte mes couverts de table (en acier inoxydable) et mes assiettes (en verre trempé). (Oui, je reçois des regards d’étonnement.)
  • Sacs à provisions jetables: éliminés. (Ils sont maintenant interdits dans certaines régions.) J’emploie des sacs réutilisables au marché et à l’épicerie. (Une épicerie en vrac serait géniale, car j’y apporterais mes bocaux, mais il n’y en a pas dans ma région.) Je donne une deuxième vie à certains sacs de plastique qui se retrouvent chez nous malgré moi; par exemple, le sac qui emballe les rouleaux de papier hygiénique sert de sac poubelle pour doubler notre poubelle dans la cuisine.
  • Sacs de plastique pour fruits et légumes: éliminés. (Ils sont maintenant interdits dans certaines régions aussi.) Durant la saison de culture, j’achète local. Sinon, au supermarché je place mes produits directement dans le chariot. (Oui, les caissiers sont patients quand je place mes neuf poires, une à une, sur le comptoir.)
  • Sacs à sandwich: éliminés. Encore une fois, je donne une deuxième vie à des sacs que j’ai conservés, tels que les sacs de pain ou de céréales. J’utilise aussi des sacs à sandwich en tissu.
  • Pellicule plastique: éliminée. J’emploie des contenants en verre avec couvercles.
  • Panoplie de produits d’entretien ménager: éliminée. J’utilise presque uniquement du vinaigre et du bicarbonate de soude – concentrés et multiusages.
  • Flacons de savon: éliminés. Je me procure des savons faits par des artisans locaux – sans emballage – pour les mains, le visage, bref, tout le corps.
  • Courrier indésirable: éliminé. J’ai adressé une requête au bureau de poste pour être exemptée de ces livraisons. Ah! Quelle liberté!
  • Articles neufs: éliminés. Je privilégie le raccommodage et la réparation. J’achète presque seulement des articles d’occasion, que ce soit des vêtements, des vélos, des livres, des bureaux, des jouets, des sacs à dos, etc. Les ventes de garage sont d’excellents alliés. Puis, je m’en tiens à ce dont j’ai besoin. Strictement. Enfin, je refuse (poliment) les petits «cadeaux» gratuits que l’on offre un peu partout aujourd’hui.

Mieux-être collectif

En réduisant sa consommation, on épuise moins les ressources de la Terre. On se sent bien d’être acteur de ce changement écologique, social et économique. De plus, cette forme d’activisme facile bénéficie à son portefeuille. Mais par-dessus tout, on lègue un avenir plus sain aux générations à venir.

Francine Jay, «mademoiselle minimaliste», écrit: «Chaque fois que nous résistons à un achat frivole, nous contentons de quelque chose que nous avons déjà ou empruntons au lieu d’acheter, c’est comme offrir un petit cadeau à la planète. L’air sera un peu plus propre, l’eau un peu plus limpide, les forêts un peu plus denses, les centres d’enfouissement un peu plus vides.»¹

Réduisons!

J’invite respectueusement vos partages et questions.

¹Jay, F. (2010). The Joy of Less. San Francisco: Chronicle Books LLC, p.263.

Défi de la semaine

Si ce mouvement vous intéresse, choisissez un objet que vous voulez chasser de votre vie. Vous vous adapterez en un rien de temps. Ou presque!