Cette semaine, je réponds aux questions de Mme Frenette au sujet du compostage. Bonne lecture!

Si vous êtes comme cette dame et que vous avez mis votre production de compost en pause cet hiver, le temps est venu de vous y remettre.

Qu’est-ce que le compostage?

Le compostage peut sembler une technique assez complexe. Mais détrompez-vous puisque les étapes à suivre sont loin d’être compliquées.

Composter, c’est créer les conditions parfaites pour favoriser la décomposition rapide de la matière organique en un produit final inodore qui ressemble à de la terre. Cette nouvelle matière, on l’appelle humus ou compost.

Cette transformation écologique s’effectue – entre autres – grâce aux microorganismes et aux vers de terre. Une fois le processus terminé, l’ajout de compost au sol (jardin, potager, gazon, etc.) lui procure de nombreux avantages. Cette matière organique enrichit la terre en lui redonnant des minéraux, augmentant la capacité du sol à retenir son humidité, réduisant l’érosion causée par la pluie et le vent, favorisant l’aération du sol, etc. On peut également l’ajouter en mince couche sur la pelouse pour lui redonner un peu de vitalité.

Oui, mais par où commencer?

D’abord, on doit s’équiper d’un bac de récupération de déchets domestiques. On peut s’en procurer un en magasin spécialement conçu pour le compostage, mais sachez qu’un contenant de plastique fera entièrement l’affaire. Ensuite, on récupère les déchets organiques et on les dépose dans le bac. S’il est muni d’un couvert (qui minimise les odeurs), on peut accumuler la matière organique pendant quelques jours. On peut également choisir de le vider directement dans le composteur (à l’extérieur) chaque fois que l’on cuisine.

Chez une famille moyenne, le compostage peut réduire de 30% à 40% les déchets organiques jetés aux poubelles, ce qui réduit grandement la quantité de sacs verts qui se retrouvent au centre de recyclage. Une pierre, deux coups!

Les principaux ingrédients du compost

Pour obtenir des résultats optimaux lorsque l’on cuisine, il est important de s’en tenir à la liste des ingrédients et au mode de préparation. Il en va de même pour le compostage. Pour obtenir un compost de qualité, il faut utiliser deux principaux ingrédients, de la matière humide (verte) qui contient de l’azote et de la matière sèche (brune) qui contient du carbone. On doit aussi suivre la méthode de préparation en l’aérant et en lui fournissant de l’humidité et de la chaleur.

Matières humides ou vertes

  • déchets de cuisine: toutes les entailles et les pelures de fruits et de légumes, fruits et légumes pourris, moulures de café, sachets de thé et de tisanes, pâtes alimentaires, restes de pain, etc.;
  • feuilles, fleurs fanées, résidus de la taille d’arbustes, plantes d’intérieur;
  • tontes de gazon, mauvaises herbes fraîches (sans graines), etc.

Matières sèches ou brunes

  • feuilles et plantes mortes et séchées, sciure de bois, tourbe, brindilles, foin, paille, aiguilles de pin, etc.;
  • vieux terreau (provenant des contenants des plantes intérieures et extérieures)
  • papier journal (encre noire seulement);
  • ATTENTION: Les feuilles de rhubarbe, de chêne et de noyer contiennent des substances qui peuvent grandement nuire à la décomposition du compost ainsi qu’aux plantes auxquelles on ajoutera le compost. On doit les ajouter aux déchets qui iront au dépotoir.

Matières à ne pas ajouter au compost

Pour éviter la contamination du compost, la visite d’animaux sauvages et de vermines, l’apparition d’odeurs désagréables, etc., on doit éviter d’ajouter les matières suivantes dans le composteur:

viandes, poissons, volailles, gras des viandes, os, produits laitiers, huiles;

mauvaises herbes montées en graines, plantes et gazon traités aux pesticides ou aux herbicides, feuillage et plantes malades, cendres, excréments d’animaux, etc.

Contrairement au centre de compostage municipal qui peut contrôler les conditions idéales pour la décomposition de ces matières (humidité, température interne du tas de compost, etc.), mieux vaut ne pas les ajouter dans le composteur.

Pour la suite, soyez au rendez-vous la semaine prochaine.