13 mai 1917. Vers midi, trois jeunes bergers sont surpris par une lumière brillante venant du ciel. Apeurés, ils descendent la montagne en courant. Un autre éclair les surprend et ils voient une dame, toute de blanc vêtue, aussi brillante que le soleil.

Cette apparition va se répéter pendant 6 mois. Lors de la dernière apparition en octobre 1917, des dizaines de milliers de personnes sont témoin de la fameuse «danse du soleil». Aux trois bergers, Lucia (10 ans), Francisco (9 ans) et Jacinta (7 ans), la dame va se révéler comme Notre Dame du Rosaire et demande que l’on érige sur ce lieu un sanctuaire.

Jacinta et Francisco mourront quelques années après les apparitions. Lucia deviendra sœur Maria-Lucia du Cœur Immaculée et quittera cette terre en 2005. C’est elle qui transmettra le message de Fatima.

Elle témoignera à la Congrégation pour la doctrine de la foi: «l’objectif de toutes les apparitions était de grandir dans la foi, en espérance et en charité. Tout le reste était pour nous conduire à ceci». Et la Congrégation dira: «La Vierge Marie apparue à Fatima nous rappelle ces valeurs oubliées, cet avenir de l’homme en Dieu, avenir dont nous sommes une part active et responsable»

+ + +

Comment comprendre Fatima et les autres apparitions? Est-ce vrai et nécessaire? Quelle adhésion est demandée aux fidèles?

L’Église reconnaît que la Révélation (la connaissance de Dieu qu’Il nous transmet lui-même) est complète et définitive avec le Christ. Jésus est la Parole unique et définitive de Dieu. Ce qui avait été dit partiellement par les prophètes a été dit au complet, d’un seul coup et une fois pour toutes par Jésus.

Par ailleurs, l’Église catholique admet que Dieu continue de se révéler à toute personne qui le cherche: par son Esprit, il éclaire les décisions et soutient les engagements. Il est aussi possible que Dieu puisse continuer d’adresser des messages à certains, non pour compléter sa Révélation mais pour «aider à en vivre plus pleinement à une certaine époque de l’histoire» (Catéchisme, nos 66-67).

C’est consolant de savoir que la Révélation n’appartient pas en exclusivité au Magistère ou aux savants, mais aux prophètes de toutes les époques. Rassurant aussi de voir que Dieu continue d’accompagner son peuple en donnant des signes de sa présence aux plus petits et aux plus humbles.

+ + +

Dès 1919, on a commencé la construction d’un sanctuaire à Fatima. Le lieu attire chaque année des milliers de fidèles de toutes les religions. Fatima évoque d’ailleurs le nom de la fille du prophète de l’islam et d’une princesse locale convertie au christianisme.

Fatima, comme d’autres sanctuaires, est un lieu de miséricorde. Pour moi, ces lieux symbolisent le réconfort et la compassion pour ceux qui viennent demander la guérison et qui repartent avec un fardeau plus léger parce qu’ils se savent désormais accompagnés.

C’est à Fatima que j’ai trouvé la compassion divine dans son expression la plus simple et la plus fondamentale. Contraire­ment aux autres grands lieux de pèlerinages mariaux (comme Lourdes sur les bords de la rivière ou La Salette nichée dans les Alpes), ce n’est pas la beauté des lieux qui attirent ici. Ni la vertu thérapeutique des bains ou de l’ascension. Ce qui peut réconforter, ce sont les rites traditionnels du pèlerinage: allumer une bougie, célébrer la messe, prier, recevoir le pardon, etc.

De plus en plus de gens visitent le Portugal. Souvent, une excursion à Fatima est proposée par les agences de voyages. Le détour mérite d’être fait. Même sans aller à Fatima, il est possible de goûter la tendresse maternelle de la dame ‘toute de blanc vêtue’ ici, chez nous. Visiter un sanctuaire, un lieu de pèlerinage, c’est s’approcher de la miséricorde.

Cette semaine…

Vu dans la canonisation des bienheureux enfants pastoureaux Jacinta et Fransisco un modèle pour la vie spirituelle marquée par la simplicité et l’abandon de l’enfance. C’est aujourd’hui qu’ils seront déclarés saints par le pape François en visite à Fatima.

Admiré la prudence de l’Église avant d’admettre la reconnaissance d’apparitions. Il faut que le message permette de tourner les regards vers le Christ et ne contredise pas la Révélation. La personnalité des voyants est aussi analysée: ils doivent faire preuve d’une grande humilité, ne pas chercher leur intérêt et persévérer dans les épreuves.

Lu l’acte de la consécration du monde au Cœur Immaculée de Marie composé par Jean-Paul II en 1981. Cette consécration au Cœur Immaculée de Marie était une demande de la Vierge de Fatima. À l’occasion du 150e de la Confédération, les évêques canadiens feront la consécration du pays en divers lieux au cours de l’été qui vient.

Consolé une mère qui vient de perdre son fils décédé subitement. Le même jour, j’entends un auteur demander que deviennent les parents qui perdent leurs enfants puisque ce sont ces derniers qui enfantent à la parentalité. Témoin de la souffrance de cette mère, je sais qu’on demeure parent toute la vie… que les enfants soient ici ou ailleurs.

Visité une maman hospitalisée. Même souffrante et démunie, elle cherche à réconforter les siens en souriant et en encourageant. Voilà l’amour d’une mère: alors qu’on lui pardonnerait de ne penser qu’à elle puisqu’elle est malade, elle continue de penser aux autres. Qu’elle soit remerciée. Elle et les autres. Bonne fête des Mères!