Voyage – Passer ses vacances dans une mini-maison

Marie-Michèle Doucet et Michaël PaulinStyle de vie

Depuis quelques années, les hébergements insolites gagnent en popularité. Dormir dans les arbres, dans une maison de Hobbits ou dans une yourte flottante est maintenant devenu possible. Mais cet été, ce sont les mini-maisons – les «tiny houses» – qui ont conquis nos cœurs.

Mais remontons d’abord dans le temps. Le mouvement des «tiny houses» a vu le jour aux États-Unis à la fin des années 1990. Il est né de la volonté de réduire la taille des maisons à moins de 93 m2. À cette époque, la grosseur des maisons est en moyenne de 230 m2. Aujourd’hui le mouvement à plusieurs adeptes. Près de chez nous, au Québec, il existe même un Festival des mini-maisons qui en est déjà à sa troisième édition. Et peu à peu, les «tiny houses» font également leur entrée dans le monde du tourisme.

La semaine dernière, Marie a eu la chance de passer deux nuits dans une mini-maison (19m2) du Domaine Floravie dans le Bas-Saint-Laurent au Québec. Situé aux abords du fleuve, ces petits chalets aux couleurs de l’arc-en-ciel sont absolument adorables. Mais bien souvent, les mini-maisons sont beaucoup plus que de jolis hébergements. En effet, plusieurs d’entre eux sont construits pour être en harmonie avec l’environnement.

En avril dernier nous avons passé quelques jours dans une mini-maison en plein cœur de Washington DC. – Gracieuseté

 

Au Domaine Floravie, par exemple tout a été réfléchi avec soins. Donald Lebel, le propriétaire du Domaine, explique que chaque année, la mer apporte avec elle des petits bouts de son terrain. Conscient des effets de l’érosion, il a décidé de créer des chalets sur roues – de style «tiny house» – qui pourraient être déplacés au fil des saisons et des années. Il s’agit d’un projet novateur qui prend en compte les changements climatiques et leurs impacts sur la montée des eaux.

Mais ne vous laissez pas méprendre par leur petite taille. Les mini-maisons sont bien souvent beaucoup plus spacieuses que vous ne l’imaginez. La plupart ont une petite cuisinette, une salle de bain, un espace salon et un lit, soit un premier étage, soit en mezzanine.

Pourquoi a-t-on autant craqué pour les mini-maisons? De par leur petite taille, ils deviennent rapidement de vrais petits cocons de bonheur. Ici, on revient à l’essentiel. Et il faut avouer qu’on a un peu l’impression de vivre dans une maison de poupée. Évidemment, nul besoin de vous dire que le temps consacré aux tâches ménagères est réduit de façon importante.

Bref, si vous êtes amateur d’hébergements insolites et écoresponsables, ne cherchez pas plus loin: les mini-maisons sont la saveur vedette de l’été! Et vous en retrouverez de tous les styles, des plus traditionnels aux ultra-modernes. Pour trouver les mini-maisons les plus cocasses, on vous recommande de jeter un coup d’œil sur le site Airbnb.com.