Voyage – Gaspésie, je t’aime!

Marie-Michèle Doucet et Michaël PaulinStyle de vie

Pour nous, voyager ne veut pas nécessairement dire prendre l’avion et traverser la planète. Bien sûr, on adore partir à la découverte de contrées lointaines, mais on aime tout autant avoir le coup de foudre pour un endroit pas très loin de chez nous. C’est justement ce qui s’est produit il y a quelques semaines, alors que Marie a eu la chance de découvrir la Gaspésie pour la toute première fois.

Ce que j’y ai découvert, c’est une nature grandiose où terre et mer se marient parfaitement. Bien sûr, il y a le rocher Percé, toujours aussi majestueux. Mais la Gaspésie, c’est bien plus que ça. En fait, si vous visitez le Parc national de l’Île-de-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, il ne faut pas manquer d’aller observer la colonie de fous de Bassan qui se trouve sur l’île Bonaventure. Peu d’endroits dans le monde offrent la possibilité d’observer une colonie de plus de 100 000 oiseaux de si près. Il s’agit d’une expérience absolument unique.

Sur l’île Bonaventure vous pourrez apercevoir l’une des plus grandes colonies de fous de Bassan au monde – Photo de MARIE-MICHÈLE DOUCET et MICHAËL PAULIN

Lorsqu’on entre à l’intérieur des terres, le Parc national de Gaspésie offre un décor complètement différent. Ici, la mer fait place aux montagnes et à la forêt. Caché en plein cœur du parc, le Gîte du Mont-Albert est l’endroit parfait pour une petite retraite en amoureux. Au Parc national de Forillon, gratuit cet été en raison de 150e anniversaire de la Confédération, vous trouverez le bout du monde et des paysages plus grands que nature. Il y a aussi le Parc national de Miguasha, où vous partirez sur les traces des premiers vertébrés terrestres. La falaise fossilifère du parc, classé patrimoine mondial de l’UNESCO, en fait l’un des meilleurs endroits au monde pour découvrir des poissons fossiles de la période de Dévonien.

Bien sûr, la Gaspésie c’est aussi les Gaspésiens. Partout on m’a réservé l’un des accueils les plus chaleureux que nous ayons reçus à ce jour. À Bonaventure, j’ai croisé nos cousins acadiens au Musée acadien du Québec. À Paspédiac, je me suis plongé dans le monde des Robin en visitant le site historique du Banc de pêche. Partout des accents aux sonorités familières m’ont donné l’impression de retrouver de vieux amis.

Au Parc de la Gaspésie, la mer fait place aux montagnes et au foret – Photo de MARIE-MICHÈLE DOUCET et MICHAËL PAULIN

Et il y a aussi la gastronomie gaspésienne. Je rêve encore de homards, de poissons frais et de tous ces délicieux produits de la mer qui m’ont mis l’eau à la bouche. Mais mon coup de cœur culinaire va sans doute vous surprendre. À la Villa Estevan, située en plein cœur des Jardins de Métis, j’ai découvert le monde des fleurs comestibles. Oui, oui, j’ai bien dit fleurs. À partir de fleurs fraîchement cueillies dans les jardins, le chef Pierre-Olivier Ferry propose un menu qui met en vedette une panoplie de saveurs nouvelles qui, à elles seules, valent le détour jusqu’à Grand-Métis.

Bref, que vous soyez amoureux de nature, d’histoire ou de gastronomie, la Gaspésie est un endroit à ajouter immédiatement à votre liste. J’en suis partie complètement amoureuse et la tête remplie de souvenirs.

Pour plus de conseils voyage, consultez notre blogue (entre2escales.com).

Entrepôt Lebouthillier au Banc de pêche de Paspébiac – Photo de MARIE-MICHÈLE DOUCET et MICHAËL PAULIN