Mieux-être – Préparation intérieure à la rentrée

Mélanie CôtéStyle de vie

Eh oui! C’est le temps de la rentrée scolaire! Elle concerne les élèves, les étudiants, le personnel en éducation, les parents et tout citoyen touché par le mieux-être de notre société. Tout le monde, en fait. Je m’intéresse à la préparation à cette rentrée – mais je ne parle pas de l’achat de fournitures scolaires ni de l’acquisition de vêtements flambants neufs. Il y a des choses plus importantes que procurer, entre autres, 24 crayons à mine et des tenues à la mode à mon enfant. Et si nous nous préparions à la rentrée avec considération, avec gratitude? Et si nos enfants comprenaient le privilège qu’ils ont d’acquérir une éducation?

Je me réfère à la reconnaissance du grand privilège que nous avons ici d’avoir accès à une éducation publique de qualité, avec accès égal à tous. Il est important pour nous tous de saisir l’étendue de ce privilège. Ainsi, les réticences et les plaintes vis-à-vis de la rentrée scolaire s’estompent, le sentiment de gratitude s’installe et la coopération fleurit. Non, te lever tôt pour prendre l’autobus qui te conduira à la cour d’école où tu seras accueilli par des enseignants dévoués dans un établissement sûr n’est pas un supplice.

Ouvrir les yeux sur une autre réalité

Afin de nous donner une vision d’ensemble, avec l’aide des auteurs Kristof et Wudunn, je vais signaler des réalités de certains pays. D’abord, selon ce couple d’auteurs, il est primordial de miser sur l’éducation, notamment l’éducation des filles. Les femmes et les filles sont plus souvent exclues du privilège de la scolarité. Pourtant, lorsqu’elles sont scolarisées, elles apportent des changements significatifs à la vie de leur famille et à leur communauté. Ces auteurs suggèrent diverses façons circonspectes de contribuer à cette scolarisation qui, selon eux, peuvent être plus puissantes que construire d’autres écoles dans des pays en voie de développement:

  • Assurer des remèdes contre les vers pour les élèves – la croissance des élèves s’améliore et ils deviennent plus alertes et studieux.
  • Aider les filles à gérer leur menstruation – cela a un grand impact sur le taux d’assiduité à l’école.
  • Nourrir les élèves à l’école – cela assure une meilleure nutrition et, en conséquence, un meilleur développement cognitif, physique, etc.
  • Octroyer des bourses aux familles lorsque les enfants vont à l’école et reçoivent un suivi médical – moins d’enfants sont retirés de l’école pour travailler et soutenir leur fratrie.
  • Subventionner les filles qui réussissent bien à l’école – moins de filles sont retirées de l’école pour se charger des tâches domestiques et se préparer au mariage.¹

Éducation et mieux-être

Je crois qu’apprécier l’éducation que nous recevons et offrons, tout en nous assurant que celle-ci évolue continuellement, est inestimable. Cela peut créer une génération de citoyens consciencieux qui étudient et travaillent avec ténacité et qui, en plus, aspirent à stimuler le bien-être de notre société et à augmenter l’accès à l’éducation dans ce monde. L’éducation est source de changement durable.

Saluons tous ceux qui travaillent pour notre système éducationnel!

J’invite respectueusement vos partages et questions.

Défi de la semaine : Ouvrez l’esprit d’un enfant en lui parlant de la fortune qu’il possède. Son éducation vaut son pesant d’or.

¹Kristof, N.D. et Wudunn, S. (2010). Half the Sky. London: Virago.