Six Canadiens sur dix se sentent surmenés au travail, et le quart des travailleurs canadiens ont déjà quitté un emploi en raison du stress.

C’est ce que révèle un sondage Léger effectué pour Monster Canada, qui oeuvre dans le monde du travail.

L’enquête démontre que plusieurs professionnels sont susceptibles d’éprouver du stress à un moment ou à un autre au cours de leur carrière, et que pour certains, il existe un point de rupture.

Non seulement 25 pour cent des Canadiens ont quitté un emploi en raison du stress, mais 17 pour cent l’ont envisagé. Et ce sont les travailleurs gagnant moins de 40 000 $ qui sont les plus susceptibles de laisser tomber un emploi.

C’est au Québec que les employés sont les plus surmenés, à 64 pour cent, suivis des Ontariens, à 61 pour cent.

Malgré le bon nombre de travailleurs canadiens qui déclarent être surmenés, près des deux tiers affirment que leur employeur encourage la conciliation travail-vie personnelle.

L’enquête qui vient d’être rendue publique a été menée en ligne auprès de 1057 travailleurs canadiens, à la fin de juin.