«Rien n’est plus vide qu’une âme encombrée.» – Gustave Thibon

Tout le monde questionne son existence à un moment donné. En réalité, il y a quelques années, ce genre de questionnement est venu m’incommoder.

Éloignement?

Ma génération s’est éloignée de l’église. Déjà à l’adolescence, j’étais devenue une «catholique zombie». J’ai récemment entendu ce terme de l’auteur Emmanuel Todd et sa justesse m’a fait sourire. Adulte, je m’éloignais de plus en plus de la religion afin de me sentir plus libre: je ne voulais pas être régie par les mœurs d’une religion.

Or, je me sentais égarée. Je me suis mise à la recherche de quelque chose. Quelque chose que mes yeux, auparavant très efficaces, ne pouvaient discerner. Mais mon côté rationnel résistait à l’invisible notion d’une vie spirituelle.

Je tentai alors de remplir cette sensation de vide en moi par le sport, les implications communautaires, les études, le travail, les voyages, la famille, la consommation de biens, le bruit, etc. Le vide ne s’est pas comblé.

Rapprochement?

Désormais je n’adhère à aucune institution religieuse. En revanche, j’ai découvert un monde intérieur, propre à moi, une spiritualité. Malgré cela, j’apprécie de visiter des églises (ou autres centres religieux), surtout lorsqu’il n’y a pas de messe. Ces endroits me procurent une sensation de calme intérieur. L’ambiance est clairement propice à un pur moment de silence et à une intériorisation. J’ai longtemps hésité à m’y rendre, jugeant que c’était hypocrite. Je comprends maintenant que je ne prétends pas être pratiquante; j’aime simplement m’imprégner de l’énergie positive de ces lieux, surtout en moments difficiles. Ces endroits sont ouverts à tous, n’est-ce pas?

Je retrouve une ambiance semblable en pleine nature: en montagne, en forêt, sur le bord de la mer. Voilà d’autres lieux où je sens une connexion à une force universelle, à un pouvoir d’amour illimité, à une divinité omniprésente (dont je fais partie). On peut aussi l’appeler Dieu. L’appellation ici, ça m’est égal. Savoir que je peux puiser dans ce réservoir d’énergie puissante – et me remplir de paix et de force au lieu de porter un fardeau seule – me donne la confiance d’accomplir n’importe quoi.

Prières?

Entrer en soi et prononcer des paroles de bienveillance et de reconnaissance n’a pas de dénomination religieuse. Est-ce une prière? Une communication spirituelle? Encore une fois, cela m’est égal. Norman Vincent Peale, auteur, pasteur et créateur du concept de la «pensée positive», écrit: «Par des procédures spirituelles, nous pouvons établir un contact avec une formidable source de force. Une force bien plus grande peut être générée par la prière que par les pensées du cerveau ou le travail des mains. Permettez-moi de répéter: la forme d’énergie la plus puissante que l’on puisse générer est l’énergie de la prière.»¹ Vider pour remplir

Ma vie était bourrée de tout et (surtout) de rien. Comment pouvais-je consciemment choisir de la remplir de sens – sans d’abord faire le vide?

Emplissons-nous de sérénité!

J’invite respectueusement vos partages et questions.

¹Peale, N.V. (1982). Fais-toi confiance. Saint-Hubert (Qc): Un monde différent, p.130.

Défi de la semaine: Lorsque vous vous sentirez confus(e), chagriné(e) ou contrarié(e), rendez-vous à un sanctuaire (spirituel ou de nature). Priez à votre façon.