Les dirigeants d’Apple ont présenté lundi plusieurs changements pour améliorer la confidentialité et la vitesse d’exécution des logiciels de ses téléphones et ordinateurs, certains visant à l’aider à se diversifier pour contrebalancer la baisse des ventes de son produit de base, l’iPhone.

Le chef de la direction d’Apple, Tim Cook, a commencé sa présentation en rappelant les services annoncés par Apple plus tôt ce printemps, notamment un service de lecture de nouvelles et un service d’arcade pour les jeux. La vitrine de logiciels est un rite annuel. Cependant, cette année, Apple doit faire face à son plus grand défi depuis la mort de son cofondateur visionnaire, Steve Jobs, il y a près de huit ans. Bien que toujours populaire, le téléphone d’Apple ne génère plus des bénéfices comme il l’a fait pendant dix ans. Les ventes ont fortement chuté au cours des deux derniers trimestres et pourraient subir un nouveau choc si le gouvernement chinois décidait de cibler l’iPhone en représailles, dans le cadre de la guerre commerciale menée par le président américain Donald Trump.

La présentation d’Apple s’est largement concentrée sur les mises à jour mineures de son logiciel phare, mais elle a laissé entrevoir des signes que la société se recentrait de plus en plus sur les services. Apple a notamment mis l’accent sur la protection de la vie privée _ s’inspirant des démarches de tous les géants technologiques comme Facebook et Google ces derniers temps. Dans son nouveau système d’exploitation pour appareils portables iOS 13, la société introduit « Sign in with Apple » pour permettre aux utilisateurs de se connecter à des applications sans utiliser les services de connexion similaires de Facebook et de Google. Cette connexion permet de masquer la véritable adresse courriel d’un utilisateur, si souhaité. Apple facilite également le dévoilement d’un seul emplacement aux applications, une seule fois, et non continuellement.

Un autre problème potentiel se dessine pour Apple. Des plaintes en matière de réglementation et une action en justice des consommateurs reprochent à Apple d’avoir abusé de la puissance de son magasin d’applications pour iPhone pour éliminer la concurrence et profiter de plus petites entreprises technologiques qui en dépendent pour attirer des utilisateurs et vendre leurs services. Apple tente de s’adapter en tirant parti des services numériques proposés aux plus de 900 millions d’utilisateurs actuels d’iPhone. Bien sûr, la société n’a pas totalement abandonné l »iPhone. La nouvelle version du système d’exploitation du téléphone, iOS 13, offrira des outils plus rapides. Par exemple, elle a assuré que son système d’identification de visage déverrouillerait désormais les téléphones 30 pour cent plus rapidement.

La plus importante refonte d’une seule application est celle de Plans, qui sera disponible cet automne. Elle présentera des données plus détaillées sur les rues et les lieux qu’Apple a collectées avec des prises de vue dans les rues et aériennes _ des techniques que son plus grand rival pour les applications mobiles, Google, utilise depuis des années. Dans le secteur des ordinateurs portables et des ordinateurs de bureau, Apple a scindé son logiciel iTunes en trois applications: Apple Music, Apple Podcasts et Apple TV. La société avait lancé iTunes il y a 16 ans pour vendre et gérer de la musique numérique pour son lecteur iPod, ouvrant ainsi la voie à l’iPhone. Apple a déjà supprimé iTunes de ses téléphones et de ses tablettes iPad, mais on s’attend maintenant à ce qu’il en soit de même sur le Mac et d’autres ordinateurs personnels. Au lieu d’iTunes, des applications séparées pour la musique, la vidéo et les podcasts devraient être proposées pour les ordinateurs, reflétant ainsi la manière dont Apple gère déjà ces services sur ses appareils mobiles.