Le déferlement de la pandémie de COVID-19 a fait bondir le nombre de Canadiens qui travaillent de leur domicile, mais en grande majorité, ils affirment être au moins aussi productifs à la maison que sur leur lieu de travail habituel.

Statistique Canada illustre jeudi à quel point le phénomène a pris de l’ampleur en cinq ans: au début de 2021, 32 % des employés canadiens âgés de 15 à 69 ans effectuaient la plupart de leurs heures de travail à partir de la maison, comparativement à seulement 4 % en 2016. La plus récente de l’Enquête sur la population active indiquait que 3,1 millions de Canadiens travaillaient temporairement à la maison en février dernier. Parmi tous les nouveaux télétravailleurs, 90 % ont déclaré accomplir au moins autant de travail à l’heure à la maison qu’auparavant sur leur lieu de travail, peu importe l’âge, le sexe, le niveau de scolarité, l’état matrimonial, l’industrie, la profession et le fait qu’ils aient ou non des enfants. Entre-temps, 58 % ont dit abattre à peu près la même quantité de travail.

Enfin, 32 % ont affirmé accomplir plus de travail à l’heure. Parmi ces derniers, un grand nombre travaillent en administration publique. Statistique Canada a aussi observé que dans l’ensemble, 35 % de tous les nouveaux télétravailleurs ont déclaré travailler un plus grand nombre d’heures par jour, les gestionnaires dans de plus grandes proportions, à 51 %. À propos des obstacles à la productivité, les employés qui ont déclaré accomplir moins de travail à l’heure à la maison ont mentionné qu’ils doivent s’occuper d’enfants ou d’autres membres de la famille, des défis liés à l’accès à des renseignements ou à des appareils, l’obligation de travailler davantage pour obtenir des résultats, l’espace de travail inapproprié ou des difficultés avec la vitesse d’Internet.

Parmi les Canadiens, 41 % ont indiqué qu’ils préféreraient travailler environ la moitié de leurs heures à la maison, tandis que 39 % préféreraient passer la plupart ou la totalité de leurs heures de travail à la maison. Les 20 % restants préféreraient travailler à l’extérieur du domicile.

Crédit photo: Archives.